In­quié­tude pour la fin de car­rière d’Au­ré­lien Rou­ge­rie ab­sent du­rant trois mois

■ Le joueur em­blé­ma­tique de l’ASM ab­sent trois mois après « une bles­sure do­mes­tique »

La Montagne (Thiers-Ambert) - - La Une - Va­lé­ry Le­fort

Alors qu’il joue sa der­nière sai­son, Au­ré­lien Rou­ge­rie s’est bles­sé sé­rieu­se­ment à une main lors d’un « ac­ci­dent do­mes­tique ».

Son ab­sence, éva­luée à trois mois, in­duit for­cé­ment la ques­tion de sa fin de car­rière.

Il ne bat­tra donc pas le re­cord de Laurent Ar­bo, au­teur de cent es­sais en cham­pion­nat de France. Après l’an­nonce, hier, de la bles­sure d’Au­ré­lien Rou­ge­rie à une main, la voie est donc libre pour le Tou­lon­nais Vincent Clerc (99 es­sais), seul en­core en course pour dé­pas­ser cette barre my­thique.

Alors que son en­traî­neur Franck Azé­ma an­non­çait di­manche soir dans le sillage d’une nou­velle dé­faite (face à Montpellier, 29­30) qu’il at­ten­dait le re­tour de plu­sieurs cadres pour la re­prise à Lyon, dont Au­ré­lien Rou­ge­rie, la nou­velle est tom­bée via un com­mu­ni­qué du club.

« Lar­ge­ment ou­vert au ni­veau de la main, le joueur cler­mon­tois a été ra­pi­de­ment pris en charge par le pôle « Ur­gence Main » de la cli­nique de la Châ­tai­gne­raie de Beaumont. Opé­ré dans la fou­lée d’une dis­sec­tion des deux ten­dons flé­chis­seurs du cin­quième doigt de la main droite, le joueur de l’ASM Cler­mont Auvergne de­vra ob­ser­ver une pé­riode d’in­dis­po­ni­bi­li­té d’en­vi­ron trois mois ».

Le coup est rude pour l’em­blé­ma­tique joueur de l’ASM, dé­jà tou­ché à un ge­nou lors du der­nier match de l’an­née face à Castres (photo ci­des­sus). Il s’ap­prê­tait d’ailleurs à re­trou­ver les ter­rains dans dix jours. Rou­ge­rie au­rait glis­sé sur un caillou et se se­rait rac­cro­ché par ré­flexe à un grillage at­te­nant, ac­cro­chant alors sa­le­ment son doigt.

Son club dit es­pé­rer un re­tour à la com­pé­ti­tion « pour la fin avril » C’est loin. C’est aus­si la dead­line de la sai­son ré­gu­lière si les dé­lais an­non­cés sont res­pec­tés. Ce­la lui lais­se­rait donc le dé­pla­ce­ment à Agen (théâtre de son seul car­ton rouge en 2007) et le bais­ser de ri­deau face à Tou­louse pro­gram­mé dé­but mai. C’est évi­dem­ment sans comp­ter sur d’éven­tuelles phases fi­nales en cham­pion­nat et/ ou en coupe d’Eu­rope…

Une cons­ti­tu­tion stu­pé­fiante qui l’a sou­vent ai­dé à re­ve­nir plus vite

Tou­te­fois, Rou­ge­rie a sou­vent sur­pris dans sa car­rière par sa ca­pa­ci­té as­sez stu­pé­fiante de récupération. Sou­vent, fort d’une cons­ti­tu­tion ex­cep­tion­nelle, il a fait tom­ber les dé­lais pré­vus pour son re­tour sur les ter­rains. « Il est hors normes », disent ré­gu­liè­re­ment les membres du corps mé­di­cal qui l’ont soi­gné.

Bê­te­ment tou­ché cette fois­ci hors des ter­rains, Au­ré­lien Rou­ge­rie (37 ans) a main­te­nant quelques se­maines de­vant lui pour ré­cu­pé­rer et s’of­frir la sor­tie qu’il mé­rite. Non pas en jean et bla­zer, mais en short et maillot jaune et bleu sur les épaules. Avec cette se­conde peau sur le dos qui a fait sa lé­gende. Toute autre is­sue se­rait dé­so­lante. Au « grand blond » de re­le­ver ce dé­fi de plus. ■

PHOTO FRANCK BOI­LEAU

SCOUMOUNE. Lors de la ve­nue de Castres fin dé­cembre, Rou­ge­rie s’était don­né une en­torse du ge­nou. Il es­pé­rait re­prendre à Lyon dans trois se­maines. Ce ne se­ra pas le cas.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.