Le cri d’alarme des Eh­pad

La Montagne (Thiers-Ambert) - - La Une - Lau­rence Cou­pé­rier

■ MO­BI­LI­SA­TION. 600 per­sonnes ont ma­ni­fes­té, hier, à Cler­mont­Fer­rand. Agents, di­rec­teurs d’éta­blis­se­ment d’hé­ber­ge­ment pour per­sonnes âgées dé­pen­dantes (Eh­pad) mais aus­si fa­milles et élus étaient mo­bi­li­sés dans tout le Puy­de­Dôme.

■ CO­LÈRE. Les ma­ni­fes­tants ont dé­non­cé la dé­gra­da­tion des condi­tions de vie et de soins ap­por­tées aux ré­si­dents. « Le manque de per­son­nel et de moyens » dé­bouche dans les mai­sons de re­traite sur « un manque d’hu­ma­ni­té ».

Six cents ma­ni­fes­tants à Cler­mont­Fer­rand

Six cents agents des Eh­pad du Puy-de-Dôme ont ma­ni­fes­té, hier matin, à Cler­mont-Fer­rand, à l’ap­pel des or­ga­ni­sa­tions syn­di­cales. A leurs cô­tés, des di­rec­teurs d’éta­blis­se­ments, des re­pré­sen­tants des fa­milles, plu­sieurs conseillers dé­par­te­men­taux pour « ti­rer la son­nette d’alarme sur le manque de per­son­nel et de moyens, sur le manque d’hu­ma­ni­té ».

L’acro­nyme Eh­pad – pour éta­blis­se­ment d’hé­ber­ge­ment pour per­sonnes âgées dé­pen­dantes – a rem­pla­cé leur an­cien nom de mai­sons de re­traite, en met­tant l’ac­cent de ma­nière abrupte sur le han­di­cap. Sur « la no­tion de charge que re­pré­sen­te­rait le vieillis­se­ment », comme le font re­mar­quer des fa­milles, cho­quées.

Cho­quées aus­si, en co­lère et tristes, en rai­son de la dé­gra­da­tion des condi­tions de vie et de soins ap­por­tées aux ré­si­dents.

C’est sur cette dé­gra­da­tion de leurs condi­tions de tra­vail, et leurs consé­quences sur le quo­ti­dien des per­sonnes âgées qui leur sont confiées, que les per­son­nels ont ti­ré, hier matin, la son­nette d’alarme par un mou­ve­ment de grève et une ma­ni­fes­ta­tion à Cler­mont­Fer­rand, à l’ap­pel des syn­di­cats CGT, CFDT, FO, Un­sa, Sud, de l’APDA (di­rec­teurs) et de par­tis po­li­tiques (PC, NPA...).

Leurs re­pré­sen­tants, et ceux des fa­milles, ont été re­çus en fin de ma­ti­née à la pré­fec­ture (*) où ils ont dé­non­cé « cette loi bar­bare dite d’adap­ta­tion de la société au vieillis­se­ment » (loi de dé­cembre 2015 qui a com­men­cé à s’ap­pli­quer en jan­vier 2017 et pré­voit la sup­pres­sion de cent à cent cin­quante em­plois dans le Puy­de­Dôme), la sup­pres­sion

de quelque deux cents contrac­tuels en CAE (dont ils de­mandent le re­tour en em­plois sta­tu­taires), des sa­laires très bas (« il faut par­fois at­tendre dix ans pour ar­ri­ver au Smic »)…

Ve­nus des Eh­pad ou hô­pi­taux pu­blics et pri­vés de l’en­semble du dé­par­te­ment (de Saint­Germain­l’Herm à Pon­tau­mur), les ma­ni­fes­tants ont sur­tout in­sis­té sur le manque de per­son­nel : « Il y a de plus en plus d’ar­rêts ma­la­die pour épui­se­ment et burn­out ; per­sonne n’est rem­pla­cé et la charge de tra­vail se ré­par­tit sur les autres, qui s’épuisent à leur tour ; c’est une chaîne in­fer­nale dont on ne sort pas ».

Consé­quence : « On court du matin au soir, on en­chaîne les toi­lettes à toute al­lure, on n’a pas le temps de ré­pondre aux be­soins psy­cho­lo­giques et af­fec­tifs ». De la frus­tra­tion pro­fes­sion­nelle au sen­ti­ment de culpa­bi­li­té, il n’y a par­fois qu’un pas : « Il m’ar­rive de pen­ser que je suis moi­même mal­trai­tante, moi qui ai choi­si ce mé­tier par vo­ca­tion », confie une as­sis­tante de vie, très in­quiète.

Sur leurs ban­de­roles, leurs af­fiches, leurs tee­shirts, les gré­vistes ont crié leurs SOS – « Du bou­lot à en perdre la tête », « En co­lère, as­sez de cette ga­lère », « Di­rec­trice, pas né­grier », « In­fir­mier fa­ti­gué et en co­lère » – et ont ap­pe­lé à res­pec­ter la di­gni­té des per­sonnes âgées.

Ils étaient six cents sur la place de Jaude, avec par­mi eux des élus, no­tam­ment conseillers dé­par­te­men­taux, mais cer­tains étaient dé­çus : « J’es­pé­rais que nous se­rions en­core plus, mais dans nos mé­tiers, il faut as­su­rer le ser­vice… ». ■

(*) La dé­lé­ga­tion a été re­çue par la se­cré­taire gé­né­rale de la pré­fec­ture, le dé­lé­gué ter­ri­to­rial de l’Agence ré­gio­nale de san­té, le vice­pré­sident du Con­seil dé­par­te­men­tal en charge des Eh­pad et des chefs de ser­vices dé­par­te­men­taux.

PHOTO R. BRU­NEL

PHOTO RI­CHARD BRU­NEL

DE JAUDE À LA PRÉ­FEC­TURE. Deux ré­si­dents d’Eh­pad de Le­zoux, en fau­teuils rou­lants, étaient au pre­mier rang du cor­tège qui s’est ren­du de Jaude à la pré­fec­ture en fin de ma­ti­née.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.