Vers une « in­ter­ven­tion mi­li­taire » ?

La Montagne (Thiers-Ambert) - - France & Monde Actualités -

Le se­cré­taire gé­né­ral de l’OEA, Luis Al­ma­gro, a ju­gé qu’il ne fal­lait pas ex­clure « une in­ter­ven­tion mi­li­taire » au Ve­ne­zue­la pour « ren­ver­ser » le gou­ver­ne­ment de Ni­co­las Ma­du­ro, res­pon­sable de la grave crise éco­no­mique, hu­ma­ni­taire et mi­gra­toire que tra­verse le pays.

« En ce qui concerne une in­ter­ven­tion mi­li­taire vi­sant à ren­ver­ser le ré­gime de Ni­co­las Ma­du­ro, je pense que nous ne de­vons ex­clure au­cune op­tion », a dé­cla­ré Luis Al­ma­gro lors d’une confé­rence de presse dans la ville co­lom­bienne de Cú­cu­ta, prin­ci­pal point d’en­trée des Vé­né­zué­liens en Co­lom­bie, près de la fron­tière avec le Ve­ne­zue­la.

« Crimes contre l’hu­ma­ni­té »

Le di­ri­geant de l’Or­ga­ni­sa­tion des États d’Amé­rique (OEA), que le pré­sident Ma­du­ro ac­cuse d’« in­gé­rence », a sou­te­nu sa dé­cla­ra­tion en fai­sant état de « vio­la­tions des droits de l’homme » et de « crimes contre l’hu­ma­ni­té » com­mis se­lon lui par le gou­ver­ne­ment vé­né­zué­lien contre son peuple. « De­vant la souf­france des gens, de­vant l’exode (de la po­pu­la­tion) qu’il (le gou­ver­ne­ment vé­né­zué­lien) a pro­vo­qué, des ac­tions di­plo­ma­tiques doivent tout d’abord être me­nées, mais nous ne de­vons ex­clure au­cune (autre) ac­tion ». ■

PHO­TO AFP

AL­MA­GRO. OEA.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.