Les « mai­sons » du don du sang

Les sites de Brive, Gué­ret et Li­moges ou­verts lun­di

La Montagne (Tulle) - - Limousin | Actualité - Plas­ma. Pra­tique.

à l’acte. » Cet été, l’EFS a eu du mal à mo­bi­li­ser en Li­mou­sin : « On avait en moyenne 20 don­neurs de moins à chaque col­lecte pro­gram­mée ».

La par­ti­cu­la­ri­té des mai­sons du don ? La pos­si­bi­li­té d’y ef­fec­tuer des dons spé­ci­fiques, moins connus : ceux du plas­ma et des pla­quettes.

Il per­met de four­nir la ma­tière pre­mière à des mé­di­ca­ments dé­ri­vés du sang des­ti­nés aux « hé­mo­philes, grands brû­lés, po­ly­trau­ma­ti­sés ou aux en­fants im­mu­no­dé­pri­més », rap­pelle le doc­teur Be­noît Sarre de l’EFS. La spé­ci­fi­ci­té de ce don ? Il peut s’ef­fec­tuer tous les quinze jours (alors qu’il faut deux mois d’at­tente entre deux dons du sang « clas­siques »). En re­vanche, une heure et de­mie est né­ces­saire (dont 60 mi­nutes de pré­lè­ve­ment).

Pré­voir deux heures (90 mi­nutes de pré­lè­ve­ment) pour ce don qui per­met de trans­fu­ser les ma­lades at­teints de leu­cé­mie, de lym­phome ou soi­gnés par des trai­te­ments (chi­mio­thé­ra­pie, ra­dio­thé­ra­pie) qui em­pêchent la fa­bri­ca­tion de cel­lules san­guines par la moelle os­seuse.

Sau­ver des vies, ai­der des pa­tients at­teints de pa­tho­lo­gies graves : au­tant de rai­sons, se­lon l’EFS, de se mo­bi­li­ser lun­di.

PHO­TO D’AR­CHIVES

PRÉ­LÈ­VE­MENT. En moyenne, en Li­mou­sin, les don­neurs se mo­bi­lisent deux fois par an.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.