« La pau­vre­té est à nos portes »

La Montagne (Tulle) - - Tulle -

Si c’était une en­tre­prise pri­vée, on pour­rait se fé­li­ci­ter du suc­cès du Se­cours po­pu­laire : tou­jours plus de clients ! Hé­las, la hausse conti­nue du nombre de bé­né­fi­ciaires ne ré­jouit per­sonne au Se­cours po­pu­laire.

L’an­tenne de Tulle aide 260 fa­milles, soit en­vi­ron 800 per­sonnes. Sur le sec­teur de l’Ag­glo de Tulle, ce sont 70 fa­milles qui font ap­pel au Se­cours po­pu­laire.

« La ty­po­lo­gie des gens que nous ai­dons change, ex­plique Ayse Ta­ri. D’abord, l’ar­ri­vée de mi­grants a fait fluc­tuer ces chiffres. En­suite, dé­sor­mais, le seuil de pau­vre­té est au SMIC. Nous avons beau­coup de tra­vailleurs pauvres, beau­coup de femmes seules avec en­fants, qui n’ont que des pe­tits bou­lots. »

L’as­so­cia­tion note aus­si la mon­tée en puis­sance de la pau­vre­té chez les plus de 60 ans. « Nous avons 50 fa­milles à l’in­té­rieur des­quelles il y a des plus de 60 ans » dé­taille Ayse Ta­ri.

« La pau­vre­té est à nos portes. Cer­tains de nos do­na­teurs d’hier sont des gens que nous ai­dons au­jourd’hui. Ce­la dé­ montre la fra­gi­li­té de la po­pu­la­tion. Certes, beau­coup de gens trouvent du tra­vail, mais ce sont des CDD ou des temps par­tiels, ce ne sont pas des em­plois pé­rennes. »

Autre signe des dif­fi­cul­tés du quo­ti­dien : « nous ren­con­trons beau­coup de gens qui sont hé­ber­gés par d’autres ».

VENTE. La bra­de­rie, un mo­ment pour ai­der le Se­cours Po­pu­laire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.