Les éle­veurs à In­ter­mar­ché

La Montagne (Vichy) - - Allier Actualité - Se­her Turk­men se­her.turk­men@cen­tre­france.com PH BER­NARD LORETTE

FNSEA 03 et JA 03 re­prochent à l’en­seigne na­tio­nale In­ter­mar­ché de ne pas res­pec­ter l’ac­cord Coeur de gamme. Ils se sont ren­dus au ma­ga­sin de la Ro­tonde, qui achète dé­jà lo­cal, pour ob­te­nir des ex­pli­ca­tions.

Une di­zaine de d’éle­veurs de la FNSEA 03 et des JA 03 ont dé­bar­qué à l’In­ter­mar­ché de La Ro­tonde, à Mont­lu­çon, peu après 10 heures, hier ma­tin. Leur grief : d’abord la pu­bli­ci­té « com­mer­çant­pro­duc­teur » ré­ap­pa­rue de­puis quinze jours à la té­lé­vi­sion. « On n’ap­par­tient pas à In­ter­mar­ché. On n’est pas leurs pro­duc­teurs », pose Fré­dé­ric Blan­chon­net, pré­sident de la sec­tion bo­vine de la FNSEA 03.

En­suite, le non­res­pect de l’ac­cord « Coeur de gamme » si­gné par l’en­seigne na­tio­nale le 28 sep­tembre : il ga­ran­tit 1 € de

plus sur le ki­lo de viande pour l’éle­veur, et l’en­seigne s’en­gage à ap­pro­vi­sion­ner son rayon avec des pro­duits « Coeur de gamme » à hau­teur de 50 %, « au moins », pré­cise Gilles Ca­bart.

Le pré­sident de la FNSEA 03 a échan­gé au té­lé­phone avec Gilles Mo­reau, le pa­tron de l’In­ter­mar­ché La Ro­tonde, ab­sent hier. « Il ex­plique qu’il est in­dé­pen­dant, qu’il achète les bêtes

lo­ca­le­ment, dans un rayon de cin­quante ki­lo­mètres. Je lui ai dit que ce n’était pas le pro­blème, rap­porte l’in­té­res­sé. “Coeur de gamme” ne change pas la fi­lière. C’est une meilleure ré­mu­né­ra­tion pour l’éle­veur. Il pro­pose qu’on se ren­contre la semaine pro­chaine. Entre­temps, il va voir avec les abat­teurs pour­quoi on ne lui pro­pose pas des pro­duits “Coeur de

gamme”. Il n’était pas au cou­rant. »

Ch­ris­tophe Jar­doux le ren­con­tre­ra. Mais ce membre de la sec­tion bo­vine FNSEA 03 cor­rige. C’est l’ache­teur qui doit mettre en place l’ac­cord. Tout en re­con­nais­sant que le ma­ga­sin de La Ro­tonde pos­sède « un vrai chef bou­cher qui fait très bien son tra­vail. Il y a une bonne dé­marche. Ça va dans le bon sens. » ■

Une ren­contre la semaine pro­chaine

CONTRÔLE. Les éle­veurs ont dis­cu­té avec les sa­la­riés, qui ex­pliquent que la viande est lo­cale. Après vé­ri­fi­ca­tions, ils va­lident « une bonne dé­marche. Ça va dans le bon sens. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.