Il fut le maître d’école de Fi­del Cas­tro

La Montagne (Vichy) - - Région Actualité - Na­tha­lie Cour­tial na­tha­lie.cour­tial@cen­tre­france.com

Le frère de La Salle fut le maître d’école de Fi­del Cas­tro à La Ha­vane. Il a d’ailleurs ren­voyé du collège le « Lí­der Máxi­mo », qui le chas­se­ra plus tard de Cu­ba.

Frère Fer­nan­do pour les Cu­bains, frère Ni­céas Fer­di­nand pour les frères des écoles chré­tiennes… Jean­Ma­rie Sol­vi­gnon pour l’état ci­vil, né en 1893 à La Ri­ca­ma­rie, dans la Loire. Sa fa­mille puise ses ra­cines du cô­té des Es­tables et de Laus­sonne, en Haute­Loire.

«On­dort!»

Ses ne­veux s’at­tachent au­jourd’hui à sau­ve­gar­der sa mé­moire, mais lettres et pho­tos conser­vées dans une va­lise par leur vieille tante ont été em­por­tées par la crue meur­trière de Brives­Cha­ren­sac, en 1980. Res­tent quelques sou­ve­nirs d’en­fance d’un homme mal­voyant, pa­ra­ly­sé, qu’ils vi­si­taient aux Carmes, dans les an­nées 60. La vague im­pres­sion d’avoir affaire à quel­qu’un d’im­por­tant. Puis sa mort,

en oc­tobre 1968, à 76 ans, après cin­quante ans pas­sés dans les ordres à Cu­ba.

On sait peu de choses de sa jeunesse, si ce n’est qu’il prend l’ha­bit en 1909, en Bel­gique, avant de re­joindre San­tia­go de Cu­ba en 1911 pour en­sei­gner au co­le­gio de La Salle. Il prend la di­rec­tion de l’éta­blis­se­ment en 1931 jus­qu’en 1937.

Cette anec­dote re­cueillie par ses ne­veux au­près du frère Boi­ral, au­jourd’hui dis­pa­ru, per­met de se faire une idée du per­son­nage : « Un ter­rible trem­ble­ment de terre a se­coué San­tia­go de Cu­ba en 1932. Les ré­pliques étaient telles que les frères ne trou­vaient plus le som­meil. Une nuit, l’un d’eux osa : “her­ma­no Fer­nan­do, qu’est­ce qu’on

fait ? On part ?” “On dort !” a ton­né l’oncle ».

Le trem­ble­ment de terre en­dom­mage tel­le­ment l’école qu’il est char­gé de dé­ni­cher les fonds né­ces­saires pour la re­cons­truire. Du­rant cette pé­riode, il af­fronte aus­si la crise po­li­tique que tra­verse le pays après la fuite du pré­sident Ma­cha­do, en 1933.

En 1935, le collège de La Salle ac­cueille trois frères,

Fi­del, Ra­mon et Raul. Leur nom : Cas­tro. Le frère cu­bain Al­fre­do Mo­rales, dont le té­moi­gnage est pu­blié par les Ar­chives la­sal­liennes de Rome, a été le ca­ma­rade d’école des Cas­tro.

« Fi­del était as­sez agi­té. Quand on al­lait en pro­me­nade, il se fai­sait tou­jours gron­der. Raul était un pe­tit bout de chou de 5 ans. Ra­mon était le plus si­len­ cieux ; c’était l’aî­né et il a tou­jours été très dis­cret. »

Tout le contraire de Fi­del. À tel point la fin du pri­maire, frère Fer­nan­do jette l’éponge. « Le di­rec­teur du collège dit qu’il ne pou­vait pas conti­nuer ; la mère de Fi­del, Li­na Ruz, vint donc et lui de­man­da de lui re­com­man­der un autre collège ca­tho­lique […]. Et c’est ain­si qu’il al­la au collège Do­lores des pères jé­suites. »

Fi­del se re­belle

Fi­del quitte l’ins­ti­tu­tion pour le collège Do­lores, en 1939, après s’être re­bel­lé contre l’au­to­ri­ta­risme d’un en­sei­gnant.

Quels liens frère Fer­nan­do et Fi­del Cas­tro en­tre­tiennent­ils en­suite ? Le frère Boi­ral se sou­vient d’un grand ras­sem­ble­ment d’an­ciens élèves place de la Ré­vo­lu­ciòn, à La Ha­vane, au­quel par­ti­ci­pait frère Fer­nan­do.

Ce jour­là, Fi­del Cas­tro se tient « dans un coin ». Le frère Fer­nan­do de­mande qu’on le conduise à lui. « Quand Fi­del l’a vu ve­nir, il s’est le­vé, s’est mis à cou­rir et l’a em­bras­sé for­te­ment… » ■

PHO­TO COLLECTION PRI­VÉE

PHO­TO DE CLASSE, 1936. Les frères Cas­tro : Raul, qua­trième as­sis en par­tant de la gauche ; de­bout der­rière lui, Fi­del. L’aî­né, Ra­mon, est le deuxième, au der­nier rang en par­tant de la gauche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.