Jorge Mendes, au centre de la ga­laxie du foot-bu­si­ness Mar­tin Four­cade in­tou­chable

La Montagne (Vichy) - - Sports L'actu Nationale -

Gé­rant d’un vi­déo-club et de dis­co­thèques au Por­tu­gal il y a 20 ans, Jorge Mendes, 50 ans, est au­jourd’hui le su­per-agent du foot, avec des clients comme Cris­tia­no Ro­nal­do, et dé­sor­mais au coeur du scan­dale « Football Leaks » sur l’éva­sion fis­cale dans la ga­laxie du bal­lon rond.

Sur­nom­mé « le re­quin » par des agents concur­rents, Mendes ai­mait jus­qu’ici la dis­cré­tion. L’homme de pe­tite taille se fait rare en in­ter­view. Il n’ap­pa­rais­sait que fur­ti­ve­ment dans les ga­las au­tour du foot, teint hâ­lé, sou­rire im­pec­cable à la George Cloo­ney, té­lé­phone en main ou à l’oreille, tou­jours connec­té avec la cen­taine de joueurs ou coachs dont il gère les in­té­rêts.

Mais de­puis ven­dre­di soir son nom et son vi­sage font les gros titres. L’en­quête « Football Leaks », réa­li­sée par plu­sieurs mé­dias eu­ro­péens, dé­nonce ain­si « les rouages du sys­tème de dis­si­mu­la­tion fis­cale mis en place » par le Por­tu­gais, pour « sous­traire au moins 185 mil­lions d’eu­ros de re­ve­nus de spon­so­ring à la vue des ad­mi­nis­tra­tions fis­cales, via un ré­seau de so­cié­té écrans et de comptes off­shore en Ir­lande, aux Iles vierges Bri­tan­niques, au Pa­na­ma et en Suisse. »

En af­faires avec Mo­na­co

Mendes conteste vi­gou­reu­se­ment ces ac­cu­sa­tions. Mais ses mé­thodes ont tou­jours sus­ci­té des sus­pi­cions. Il fut un des pre­miers à ex­ploi­ter la pro­prié­té des joueurs par des tiers, comme les fonds d’in­ves­tis­se­ments, pra­tique au­jourd’hui in­ter­dite par la Fi­fa.

Au­jourd’hui, Mendes, Mou­rin­ho et Ro­nal­do font tous l’ob­jet des ac­cu­sa­tions de « Football Leaks ».

Un autre client de Ges­ti­fute, la so­cié­té de Mendes, est éga­le­ment au coeur de la tour­mente : Ra­da­mel Fal­cao, Co­lom­bien qui joue à Mo­na­co. Les af­faires avec le club mo­né­gasque re­pré­sentent une sorte de re­tour aux sources pour l’agent, qui a scel­lé son pre­mier gros trans­fert quand le mi­lieu in­ter­na­tio­nal por­tu­gais Cos­tin­ha a re­joint le Ro­cher en 1997. ■ Deuxième suc­cès en deux courses in­di­vi­duelles pour Mar­tin Four­cade, pre­mière vic­toire de Ma­rie Do­rin: les deux chefs de file du biathlon fran­çais ont mar­qué de leur em­preinte les épreuves de sprint de la Coupe du monde, hier à Os­ter­sund, en Suède.

On se de­mande bien qui pour­ra in­quié­ter cette saison Mar­tin Four­cade. Le quin­tuple te­nant du Gros Globe de cris­tal af­fiche une telle forme que le mo­ral de ses ad­ver­saires doit for­cé­ment être au plus bas.

En de­van­çant le Sué­dois Fre­drik Lind­ström (à 41,5 se­condes) et l’Al­le­mand Arnd Peif­fer (à 43,6 se­condes) sur le 10 km sprint, le double cham­pion olym­pique fran­çais a en­core écoeu­ré tous ses ri­vaux et reste in­vain­cu à Os­ter­sund après ses dé­mons­tra­tions sur le re­lais simple mixte (avec Ma­rie Do­rin, le 27 no­vembre) et le 20 km, jeu­di.

Un fes­ti­val qu’il de­vrait lo­gi­que­ment pour­suivre au­jourd’hui sur les 12,5 km de la pour­suite, au vu des énormes écarts ef­fec­tués sur ce sprint. Un Grand Che­lem éven­tuel dès la pre­mière étape de IMPÉRIAL. Mar­tin Four­cade sur l’épreuve de sprint.

la saison mar­que­rait as­su­ré­ment les es­prits.

« C’était une très belle course. Je suis content de m’en sor­tir comme ça, les condi­tions n’étaient pas fa­ciles. C’est su­per », a dé­cla­ré Four­cade sur la chaîne L’Équipe.

Le Fran­çais a en tout cas fait une nou­velle fois le mé­nage : son dau­phin la saison der­nière, Jo­hannes Boe, 2e jeu­di, est très loin (30e) et l’Al­le­mand Si­mon Schempp, ce­lui qu’il a dé­si­gné comme son prin­ci­pal concur­rent cet hi­ver, n’est que 21e.

Au­de­là de Mar­tin Four­

cade, les Fran­çais ont glo­ba­le­ment réa­li­sé un jo­li tir grou­pé avec éga­le­ment les belles per­for­mances de Si­mon Des­thieux (8e) et de Si­mon Four­cade (10e).

6e vic­toire pour Ma­rie Do­rin-Ha­bert

Avant ce tour de force de Mar­tin Four­cade, la jour­née des Bleus avait très bien dé­bu­té avec Ma­rie Do­rin­Ha­bert, qui a si­gné la 6e vic­toire de sa car­rière en Coupe du monde sur le 7,5 km sprint dames, de­vant la Fin­lan­daise Kai­sa Ma­ka­rai­nen et la Tchèque Ga­brie­la Kou­ka­lo­va, vain­ queur du clas­se­ment gé­né­ral en 2015­16. Une belle re­vanche pour la Fran­çaise, très dé­ce­vante lors du 15 km (19e).

Do­rin, qui a pour am­bi­tion de dé­cro­cher son pre­mier Gros Globe de cris­tal, a bien ré­agi avec un sans­faute au tir et une course sans ac­croc sur les skis.

« Je suis bien contente. J’avais la haine de Cheyenne et je me suis dit toute la course que j’étais un Cheyenne (sic). Je ne sais pas ce qui s’est pas­sé sur l’in­di­vi­duel (mer­cre­di, ndlr), j’étais sur un faux rythme. Donc je me suis dit : “vas­y fonce” », a­t­elle ré­agi sur la chaîne L’Équipe.

Les autres fa­vo­rites n’ont pu que consta­ter les dé­gâts : l’Al­le­mande Lau­ra Dahl­meier, vic­to­rieuse mer­cre­di, est 4e mais reste en tête de la Coupe du monde.

Par­mi les autres Fran­çaises, Jus­tine Brai­saz (10e) s’est en­core dis­tin­guée. La jeune bi­ath­lète (20 ans) est dé­ci­dé­ment en pleine forme puis­qu’elle avait ter­mi­né 5e mer­cre­di.

Deuxième sur le 15 km mer­cre­di, Anaïs Bes­cond est en re­vanche pas­sée à co­té (22e). ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.