L’opé­ra au ci­né­ma en toute dé­con­trac­tion

La Montagne (Vichy) - - Dossier -

Bud­get dif­fé­rent, at­mo­sphère spé­ci­fique, les trans­mis­sions au ci­né­ma et les spec­tacles en « vrai » ne se court-cir­cuitent pas for­cé­ment.

« C’est très bien fil­mé, avec un son 5.1. Le pu­blic est le même que pour les films, mais on a aus­si des connais­seurs ». À Aurillac, le ci­né­ma Le Cris­tal pro­gramme des opé­ras en di­rect. Peu d’ins­ti­tu­tions peuvent se tar­guer d’en faire de même dans la ré­gion. Mais pour Oli­vier Ro­land, res­pon­sable tech­nique, les salles obs­cures ne peuvent pas concur­ren­cer le gran­deur na­ture. « Quand nous avons dif­fu­sé Casse­noi­settes quelques jours après son pas­sage dans la salle du Prisme, ça nous a plom­bé la séance ».

Odeur de pous­sière

Même écho du cô­té de Vi­chy. « L’opé­ra n’est pas loin mais nous n’avons pas le même pu­blic. Ce n’est pas le même bud­get, on est moins en im­mer­

sion chez nous. Mais on y vient aus­si plus dé­con­trac­té, tan­dis qu’à l’opé­ra, on se met sur son 31 », ex­plique Jules Amos­sé, pro­jec­tion­niste du ci­né­ma Étoile Pa­lace. Autres ar­gu­ments : la pro­gram­ma­tion opé­ra est bien moins dense au ci­né­ma que dans son an­

tre de pré­di­lec­tion.

« Les di­rects au ci­né­ma ne rem­pla­ce­ront ja­mais l’at­mo­sphère de la salle, l’odeur de la pous­sière, les ap­plau­dis­se­ments », es­time Pierre Thi­rion­Val­ler, di­rec­teur gé­né­ral et ar­tis­tique du Centre ly­rique de Cler­mont­Fer­rand, qui fut le pre­mier, il y a une quin­zaine d’an­nées, à dif­fu­ser des opé­ras sur grand écran. « Mais je trouve très bien d’avoir cette plu­ra­li­té de l’offre. L’opé­ra de Cler­mont dis­pose de six cents places, c’est très pe­tit. Les ci­né­mas per­mettent de dé­mo­cra­ti­ser l’ac­cès à la culture. » ■

PHO­TO DO­MI­NIQUE PARAT

INS­TI­TU­TION. L’opé­ra de Vi­chy at­tire un pu­blic d’ha­bi­tués.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.