Quatre mois de pri­son ferme pour un énième coup de sang

La Montagne (Vichy) - - Région Faits Divers - Sté­phane Bar­noin

Il al­terne les sé­jours en psy­chia­trie et les pas­sages en pri­son avec une dou­lou­reuse ré­gu­la­ri­té. Un Puy­dô­mois de 40 ans a ajou­té, hier, une trente-deuxième ligne à son ca­sier judiciaire.

Son der­nier écart re­monte au 28 oc­tobre. Ce jour­là, vers 22 h 30, les gen­darmes in­ter­viennent à Ar­con­sat pour em­pê­cher cette fi­gure de la dé­lin­quance lo­cale, vi­si­ble­ment ivre, de prendre le vo­lant. L’in­té­res­sé n’a pas du tout la même ver­sion : « C’était moi la vic­time, on m’avait vo­lé ma voi­ture ! », s’in­surge­t­il, sans plus de pré­ci­sions, de­puis le box du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel.

Ou­trages, me­naces, dé­gra­da­tions

La suite, en re­vanche, ne fait pas dé­bat : une fois sur place, les mi­li­taires es­suient une vo­lée d’in­sultes et de me­naces de mort. L’iras­cible joint le geste à la pa­role en s’em­pa­rant d’un pa­vé. Il est fi­na­le­ment in­ter­pel­lé. Sa garde à vue se­ra tout aus­si agi­tée. Le ré­ci­di­viste dé­grade sa cel­lule, à la gen­dar­me­rie de Thiers, et re­fuse obs­ti­né­ment le pré­lè­ve­ment de ses em­preintes…

Face à ses juges, hier, le pré­ve­nu en po­laire beige n’a rien per­du de son mor­dant (*). « Les gen­darmes n’avaient qu’à tra­cer leur route au lieu de ve­nir me faire ch… ! Ils m’ont ten­du un guet­apens. Après, oui, on s’est un peu em­brouillés. Mais ils m’ont mis la mi­sère et m’ont écla­té les dents ! »

À l’ap­pui de ces dé­cla­ra­tions, Me Ca­nis pro­duit un cer­ti­fi­cat mé­di­cal éta­bli deux jours après les faits. Le do­cu­ment liste toute une sé­rie d’hé­ma­tomes re­le­vés sur le corps de l’homme in­ter­pel­lé. « Ab­so­lu­ment rien, dans le dos­sier, ne vient jus­ti­fier les bles­sures in­fli­gées à mon client. S’il ne s’est mon­tré violent et ou­tra­geant qu’après avoir lui­même été pas­sé à ta­bac, c’est dif­fi­cile de lui re­pro­cher quoi que ce soit », avance l’avo­cat, qui pointe « des condi­tions d’in­ter­ven­tion in­ac­cep­tables ».

Mais l’ar­gu­ment est écar­té par le tri­bu­nal. Le pré­ve­nu écope de quatre mois de pri­son, as­sor­tis d’un main­tien en dé­ten­tion. ■

(*) Pré­sen­té le 31 oc­tobre en com­pa­ru­tion im­mé­diate, il avait de­man­dé un dé­lai pour pré­pa­rer sa défense et était écroué de­puis cette date.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.