La sé­cu­ri­té avec Ca­ze­neuve

La Montagne (Vichy) - - La Une -

PRE­MIER MI­NISTRE. Homme de confiance de Fran­çois Hol­lande, Ber­nard Ca­ze­neuve quitte le mi­nis­tère de l’In­té­rieur pour rem­pla­cer Ma­nuel Valls à Ma­ti­gnon.

CINQ MOIS. Au Conseil des mi­nistres, ce ma­tin, Bru­no Le Roux en­dos­se­ra le cos­tume de mi­nistre de l’In­té­rieur dans une équipe en poste pour cinq mois.

Ber­nard Ca­ze­neuve, un fi­dèle de Fran­çois Hol­lande, s’est ins­tal­lé à Ma­ti­gnon, hier, à la tête d’un gou­ver­ne­ment lé­gè­re­ment re­ma­nié mais tou­jours ou­vert aux proches de Ma­nuel Valls, lan­cé lui dans la cam­pagne de la pri­maire PS.

«Je consi­dé­rais im­pos­sible pour moi d’être Pre­mier mi­nistre et en même temps can­di­dat à la pré­si­dence de la Ré­pu­blique. Mais je pars tran­quille, parce que je sais ce que j’ai à faire pour les Français. Parce que je sais aus­si qu’ici, il y a un homme d’État », a dé­cla­ré Ma­nuel Valls, hier après­mi­di, lors de la pas­sa­tion des pou­voirs avec son suc­ces­seur, Ber­nard Ca­ze­neuve, dans la cour de l’hô­tel Ma­ti­gnon. « J’ai été un Pre­mier mi­nistre heu­reux. C’est dif­fi­cile à dire vu les épreuves tra­ver­sées. Mais il n’y a pas d’en­fer à Ma­ti­gnon, il n’y a que le ser­vice de la France », a­t­il pour­sui­vi avant de lan­cer à son suc­ces­seur : « Vous êtes un ami, vous êtes un frère. C’est rare en po­li­tique. »

« Il reste quelques mois » et « chaque jour est utile, chaque jour compte », a ré­pon­du, vi­si­ble­ment ému, le nou­veau Pre­mier mi­nistre, dont le court bail à Ma­ti­gnon se­ra consa­cré à « pro­té­ger, pro­gres­ser et pré­pa­rer l’ave­nir », les termes exacts uti­li­sés le ma­tin même par Fran­çois Hol­lande pour dé­crire

la « mis­sion » de ce nou­veau gou­ver­ne­ment.

La no­mi­na­tion de Ber­nard Ca­ze­neuve avait été an­non­cée le ma­tin par l’Ély­sée, dix pe­tites mi­nutes après le dé­part dis­cret de Ma­nuel Valls, ve­nu re­mettre sa dé­mis­sion et celle de son gou­ver­ne­ment pour se consa­crer dé­sor­mais à la dif­fi­cile cam­pagne de la pri­maire.

Fran­çois Hol­lande et Ber­nard Ca­ze­neuve n’ont ef­fec­tué que trois re­touches à l’équipe gou­ver­ne­men­tale, dont l’ar­ri­vée,

« Pro­té­ger, pro­gres­ser et pré­pa­rer l’ave­nir »

pour suc­cé­der à ce der­nier à l’In­té­rieur, de Bru­no Le Roux, pré­sident du groupe PS à l’As­sem­blée de­puis 2012. Lors de la pas­sa­tion de pou­voirs avec Ber­nard Ca­ze­neuve, en fin d’après­mi­di, Bru­no Le Roux s’est en­ga­gé à pour­suivre « les ac­tions en­ga­gées », avec sa propre « sen­si­bi­li­té ».

Jean­Ma­rie Le Guen, sou­tien af­fi­ché de Ma­nuel Valls, reste au gou­ver­ne­ment mais échange son por­te­feuille stra­té­gique des Re­la­tions avec le Par­le­ment

avec ce­lui An­dré Val­li­ni, qui lui cède en re­tour le Dé­ve­lop­pe­ment et la Fran­co­pho­nie, poste moins pres­ti­gieux. Le reste du dis­po­si­tif de­meure in­chan­gé.

L’équipe re­ma­niée doit se réunir au grand com­plet ce ma­tin pour son pre­mier Conseil des mi­nistres et une pho­to de fa­mille sui­vis, à 15 heures, de la séance de ques­tions au gou­ver­ne­ment à l’As­sem­blée.

Dès lun­di, un mi­nistre re­le­vait que Ber­nard Ca­ze­neuve pré­sen­ tait l’avan­tage d’être « vall­so­com­pa­tible et hol­lan­do­fi­dèle » et qu’il pour­rait « plei­ne­ment se concen­trer sur sa tâche puis­qu’il n’est pas can­di­dat aux lé­gis­la­tives », contrai­re­ment à Sté­phane Le Foll, Ma­ri­sol Tou­raine et autres pré­ten­dants.

Avo­cat de for­ma­tion, Ber­nard Ca­ze­neuve, 53 ans, est ré­com­pen­sé pour son in­dé­fec­tible fi­dé­li­té au chef de l’État, avec le­quel il a tra­ver­sé les épreuves des at­ten­tats de 2015 et 2016 (voir page sui­vante). ■

PHO­TO AFP

PHO­TO AFP

MA­NUEL VALLS À BER­NARD CA­ZE­NEUVE. « Vous êtes un ami, vous êtes un frère. C’est rare en po­li­tique. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.