Fin de par­tie

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités - Alexandre Mo­rel

Deux fac­teurs ont scel­lé le sort d’Alep et, par consé­quent, la vic­toire de Ba­char El-As­sad. D’abord la crainte d’Oba­ma de fran­chir le Ru­bi­con après avoir lui-même tra­cé les lignes rouges – le re­cours à l’arme chi­mique contre des ci­vils – que le ré­gime sy­rien s’est em­pres­sé de trans­gres­ser. Faute de frappes aé­riennes, Wa­shing­ton a dé­mon­tré une fai­blesse dont Vla­di­mir Pou­tine a im­mé­dia­te­ment abu­sé. En an­nexant la Cri­mée pour com­men­cer. Puis en in­ter­ve­nant en Sy­rie afin de sau­ver un ré­gime en passe d’être ba­layé. Sous pro­tec­tion aé­rienne russe, la conjonc­tion des forces du Hez­bol­lah li­ba­nais, des mi­lices chiites ira­kiennes, des Gar­diens de la ré­vo­lu­tion ira­niens et des bri­gades ha­za­ras af­ghanes – dé­sor­mais plus nom­breuses que les mi­li­taires de l’ar­mée na­tio­nale – a per­mis de re­prendre la « Sy­rie utile ». Res­tait Alep, sas de la ré­bel­lion vers la Tur­quie, dont la chute fut écrite lors de la ré­con­ci­lia­tion, en juin, entre Pou­tine et Er­do­gan. no­mie eu­ro­péenne jus­qu’à fin 2017, mais dans des vo­lumes plus mo­destes puis­qu’ils se­ront pla­fon­nés à 60 mil­liards d’eu­ros par mois à par­tir de mars pro­chain. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.