La Grande Va­drouille a 50 ans

La Montagne (Vichy) - - Jeux -

En salles le 8 dé­cembre 1966, La Grande Va­drouille a dé­te­nu pen­dant 42 ans le re­cord d’en­trées pour un film fran­çais dans l’Hexa­gone. La co­mé­die de Gé­rard Ou­ry n’a, en re­vanche, pas été dé­trô­née dans le coeur des Fran­çais.

«Tea for two and two for tea ! » Film culte aux 17,3 mil­lions d’en­trées, La Grande Va­drouille, qui ra­conte les aven­tures ro­cam­bo­lesques pen­dant l’Oc­cu­pa­tion d’un chef d’or­chestre iras­cible et d’un peintre en bâ­ti­ment au grand coeur, avec le duo De Fu­nès­Bour­vil, a fê­té ses 50 ans hier.

En salles le 8 dé­cembre 1966, la co­mé­die de Gé­rard Ou­ry a dé­te­nu pen­dant 42 ans le re­cord du nombre d’en­trées pour un film fran­çais dans l’Hexa­gone, avant d’être dé­trô­né en 2008 par Bien­ve­nue chez les Ch’tis (20,5 mil­lions d’en­trées) et en 2011 par In­tou­chables (19,5 mil­lions).

Seule­ment vingt ans après la fin de la Se­conde Guerre mon­diale, celle­ci était abor­dée sous l’angle de la co­mé­die.

Cof­fret an­ni­ver­saire DVD et Blu­Ray, beau livre sur les cou­lisses du tour­nage (Sur la route de La Grande Va­drouille, édi­tions Hors Col­lec­tion), pro­gram­ma­tion pro­chaine sur France 2 de ce clas­sique, dé­jà re­dif­fu­sé 17 fois à la té­lé­vi­sion : le ju­bi­lé de La Grande Va­drouille a dé­mar­ré cet été avec la sor­tie en salles d’une ver­sion res­tau­rée en haute dé­fi­ni­tion 4K, qui a at­ti­ré quelque 50.000 spec­ta­teurs.

Sur le pe­tit écran, le film a en­core ras­sem­blé 7,2 mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs sur TF1 lors de sa der­nière dif­fu­sion, en dé­cembre 2014.

« Osmose mi­ra­cu­leuse »

« Dès les pre­mières pro­jec­tions en 1966, le pu­blic a adop­té ce film. Le phé­no­mène se per­pé­ tue, gé­né­ra­tion après gé­né­ra­tion. Les spec­ta­teurs connaissent tel­le­ment les ré­pliques, qu’ils en sont de­ve­nus les cos­cé­na­ristes », confie Da­nièle Thomp­son, la fille de Gé­rard Ou­ry.

« Une osmose mi­ra­cu­leuse s’est créée avec les spec­ta­teurs, comme si nous avions si­gné un pacte avec le suc­cès. Les plus jeunes adorent aus­si le film, de­ve­nu une sorte d’ami des fa­milles », es­time la réa­li­sa­trice, qui a co­si­gné le scé­na­rio avec son père et Mar­cel Jul­lian.

Un an après la sor­tie du Cor­niaud, son pré­cé­dent film réunis­sant dé­jà le duo De Fu­nès/ Bour­vil, Gé­rard Ou­ry cherche une idée pour un nou­veau suc­cès.

Dans ses ti­roirs, une his­toire ja­mais tour­née, écrite sept ans plus tôt pour Zi­zi Jean­maire par son ami le réa­li­sa­teur JeanC­harles Tac­chel­la : les aven­tures de ju­melles qui sauvent des sol­dats al­liés pen­dant l’Oc­cu­pa­tion.

De Paris aux Hos­pices de Beaune en pas­sant par le Can­tal, le tour­nage avait des airs de joyeuse co­lo­nie de va­cances. ■

PHO­TO AFP

EN VA­DROUILLE. Louis de Fu­nès, Ter­ry Thomas et Bour­vil ar­rivent au Pa­lais du Fes­ti­val à bord d’une jeep, le 10 mai 1966, à Cannes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.