La gi­rafe de­vient une es­pèce me­na­cée

La Montagne (Vichy) - - Jeux -

Bra­con­née ou pri­vée de son ha­bi­tat, la gi­rafe, long­temps pré­ser­vée, vient re­joindre la liste rouge des es­pèces me­na­cées, tout comme plu­sieurs di­zaines d’es­pèces d’oi­seaux pour­tant tout juste dé­cou­verts.

Icône de l’Afrique, la gi­rafe, plus grand ani­mal ter­restre, a per­du 40 % de son ef­fec­tif ces trente der­nières an­nées, alerte l’Union in­ter­na­tio­nale pour la conser­va­tion de la na­ture (UICN). En 2015, sa po­pu­la­tion a chu­té en des­sous de 100.000 (en­vi­ron 97.500, contre 155.000 en 1985). Les gi­rafes, jus­qu’ici consi­dé­rées comme peu me­na­cées, fi­gurent dé­sor­mais sur la liste des ani­maux « vul­né­rables », pre­mier ni­veau les clas­sant ain­si à risque d’ex­tinc­tion.

Sur neuf sous­es­pèces ré­par­ties dans 21 pays, trois se portent bien, l’une est stable, mais les cinq autres connaissent un net dé­clin, se­lon ce rap­port pu­blié en marge de la Confé­rence de l’ONU sur la bio­di­ver­si­té.

À l’ori­gine de ce dé­sastre, le bra­con­nage et la perte de leur ha­bi­tat, me­na­cé par l’agri­cul­ture et l’ex­ploi­ta­tion mi­nière, ain­si que les pous­sées d’in­sta­bi­li­té ci­vile et so­ciale, ex­plique l’UICN, qui a mis à jour ses bi­lans à l’oc­ca­sion de la confé­ BIO­DI­VER­SI­TÉ. À l’ori­gine du dé­sastre, le bra­con­nage et la perte de leur ha­bi­tat.

rence réunie à Can­cun (Mexique) jus­qu’au 17 dé­cembre. Se­lon les scien­ti­fiques, la Terre connaît une nou­velle ex­tinc­tion de masse, la 6e seule­ment en 500 mil­lions d’an­nées : au­jourd’hui les

es­pèces dis­pa­raissent 1.000 à 10.000 fois plus vite qu’il y a un siècle ou deux.

La liste de l’UICN in­clut à ce jour 85.604 es­pèces ani­males et vé­gé­tales (une frac­tion seule­ment du to­tal), dont 24.307 sont me­na­cées d’ex­tinc­tion.

Ces der­nières an­nées, 742 es­pèces d’oi­seaux ont été iden­ti­fiées (ce qui fait 11.121 au to­tal). Mais 11 % d’entre elles sont dé­jà ju­gées « me­na­cées ». Treize de ces es­pèces « nou­velles » ont même dé­jà dis­pa­ru, no­tam­ment dans des îles co­lo­ni­sées par des plantes in­va­sives.

Vic­times de la sur­ex­ploi­ta­tion

« Plus nos connais­sances s’ap­pro­fon­dissent, plus nos pré­oc­cu­pa­tions se confirment : l’agri­cul­ture non du­rable, la dé­fo­res­ta­tion, les es­pèces in­va­sives, le com­merce illé­gal conduisent tou­jours plus d’es­pèces à l’ex­tinc­tion », sou­ligne Ian Bur­field, char­gé de cette liste.

Pe­tite lu­mière dans le noir, grâce aux ef­forts de pro­tec­tion, ce­la s’ar­range pour plu­sieurs es­pèces en­dé­miques sur cer­taines îles, comme pour le bou­vreuil des Açores ou le plu­vier de Saint­Hé­lène.

Se­lon une étude ré­cente pa­rue dans Na­ture, trois quarts des es­pèces ani­males et vé­gé­tales me­na­cées ou qua­si me­na­cées sont vic­times de sur­ex­ploi­ta­tion (pour le com­merce, les loi­sirs, la sub­sis­tance). Plus de la moi­tié voient leur ha­bi­tat na­tu­rel conver­ti en plan­ta­tions ou en éle­vages. En outre, 19 % de ces es­pèces sont dé­jà me­na­cées par le chan­ge­ment cli­ma­tique. ■

PHO­TO AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.