Billard et réa­lisme

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités - BRU­NO MÈGE bru­no.mege@cen­tre­france.com

Il va de­voir ra­mer, Vincent Peillon, pour convaincre que sa can­di­da­ture à la pri­maire n’a pas été sol­li­ci­tée – plus ou moins di­rec­te­ment, ça, c’est une autre af­faire – par ceux qui ne veulent pas que Ma­nuel Valls se place en pole po­si­tion pour contrô­ler le PS – ou ce qu’il en res­te­ra – dans l’après­juin 2017. La gauche du par­ti ayant dé­jà ses can­di­dats, le mis­sile Peillon ne peut avoir été mis à feu que par des hol­lan­dais, voire des au­brystes.

Évi­dem­ment, ceux qui se re­trouvent sus­pec­tés d’être à la ma­noeuvre dans cette af­faire – Ju­lien Dray, Mar­tine Au­bry, Anne Hi­dal­go – dé­mentent avec éner­gie, pour ne pas avoir l’air de com­bi­nards ex­perts en coups de billard po­li­tiques. Mais le manque d’en­thou­siasme (c’est un eu­phé­misme) dont tous ceux­là – ajou­tons Sté­phane Le Foll – font preuve dans le sou­tien à Valls ne fait que ren­for­cer la sus­pi­cion. Bien sûr, il au­rait été pré­fé­rable pour les an­ti­Valls na­guère hol­lan­dais de pou­voir comp­ter sur une tête d’af­fiche plus por­teuse que Peillon. C’est sans doute que les vo­lon­taires ne se sont pas bous­cu­lés…

Il y a un autre enjeu dans cette af­faire que la main­mise fu­ture sur le PS. Dans l’im­mé­diat, les ex­hol­lan­dais doivent aus­si évi­ter les dé­fec­tions en di­rec­tion de Macron. D’où une guerre à me­ner sur deux fronts : contre Bru­tus­Valls, contre Bru­tus­Macron, les deux tueurs du « père ». À cet égard, la dé­cla­ra­tion de Sé­go­lène Royal – qui a in­sis­té, hier, sur ses « di­ver­gences » avec Valls en n’ex­cluant pas de sou­te­nir un can­di­dat « hors pri­maire » – a dû faire fris­son­ner cer­tains dos. Il était grand temps pour les ex­hol­lan­dais de pas­ser à l’ac­tion, s’ils veulent qu’il y ait en­core un PS à ré­cu­pé­rer dans six mois…

Ma­nuel Valls a de­vant lui un jeu moins com­pli­qué. En se di­sant ca­pable, hier, de battre la droite, il traite à mots cou­verts ses ad­ver­saires hol­lan­dais de vils ma­noeu­vriers qui ont dé­jà fait une croix sur la pré­si­den­tielle. Ce qui est sans doute vrai, à ce dé­tail près que lui aus­si vise, à tra­vers la pri­maire, l’ob­jec­tif PS da­van­tage que l’ob­jec­tif Ély­sée. Réa­lisme oblige. Mais, chez les pro comme chez les an­ti­Valls, le réa­lisme doit s’avan­cer mas­qué pour ne pas déses­pé­rer le « peuple de gauche ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.