Can­di­dat pour « ras­sem­bler », comme il se doit…

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

Vincent Peillon a af­fir­mé, hier soir sur France 2, que c’est la dé­ci­sion de Fran­çois Hol­lande de ne pas sol­li­ci­ter un se­cond man­dat, in­édite dans l’his­toire de la Ve Ré­pu­blique, qui l’a pous­sé à se pré­sen­ter. « Les ju­ge­ments sur sa per­sonne et son ac­tion sont in­justes […] Très vite, les Fran­çais vont ap­pré­cier et sa per­sonne et son bi­lan », a-t-il pré­dit en par­lant du pré­sident. L’an­cien mi­nistre de l’Édu­ca­tion s’est po­sé en « can­di­dat d’une éthique po­li­tique », dé­ter­mi­né à « ras­sem­bler » la gauche pour ga­gner la pré­si­den­tielle face à l’ex­trême droite de Ma­rine Le Pen et à la droite de Fran­çois Fillon. Il a en outre ju­gé que Jean-Luc Mé­len­chon et Em­ma­nuel Macron – avec qui, « bien en­ten­du », il pour­rait tra­vailler –, can­di­dats à la pré­si­den­tielle sans pas­ser par la case pri­maire, étaient des per­sonnes « de va­leur ». Il a tou­te­fois critiqué Em­ma­nuel Macron, mais aus­si Ma­nuel Valls, pour leurs at­taques contre les 35 heures, qu’ils ont fi­na­le­ment « gar­dées ». En­fin, Vincent Peillon a ba­layé d’un re­vers de main les bruits qui font de lui un can­di­dat té­lé­gui­dé. Il a as­su­ré avoir pris sa dé­ci­sion « dans la so­li­tude de sa conscience ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.