Les pa­rents so­los, ces ma­ra­tho­niens

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

Épui­se­ment, manque de re­con­nais­sance, iso­le­ment, dif­fi­cul­tés fi­nan­cières : être un pa­rent so­lo est par­fois « un ma­ra­thon ».

Pour rompre la so­li­tude et trou­ver du sou­tien, une pla­te­forme d’en­traide pour les fa­milles mo­no­pa­ren­tales, plus d’une sur cinq en France, va être lan­cée sur in­ter­net. « Mère cé­li­ba­taire, ce n’est pas la fin du monde, mais ça de­mande de la sou­plesse », té­moigne Na­tha­lie Ca­tan­za­no, 45 ans.

Un ma­ri quit­té il y a 13 ans, un train en di­rec­tion de Pa­ris avec les en­fants sous le bras, ja­mais un sou de pen­sion ali­men­taire, la « ga­lère » les pre­mières an­nées… Cette mère de deux en­fants de 13 et 17 ans dit vivre « un ma­ra­thon ». Au­pa­ra­vant « fan­tai­siste, ir­res­pon­sable », Na­tha­lie est de­ve­nue « or­ga­ni­sée, car­rée, une ma­chine de guerre tou­te­puis­sante, obli­gée d’avoir un coup d’avance pour évi­ter que ça s’en­raye ». Au point par­fois d’« étouf­fer sous l’écra­sante res­pon­sa­bi­li­té », dit­elle.

Trou­ver une nou­nou pour deux heures, un avo­cat pour dé­mê­ler sa si­tua­ « MA­RA­THON ». Dans 85 % des cas, la mère est la cheffe de fa­mille, un rôle qui « de­mande de la sou­plesse ».

tion fa­mi­liale, pro­po­ser du co­voi­tu­rage pour al­ler à l’école, du sou­tien sco­laire : le ré­seau « Pa­rents so­los et com­pa­gnie », qui est inau­gu­ré au­jourd’hui par la mi­nistre Lau­rence Ros­si­gnol, veut s’adres­ser aux pa­rents iso­lés en re­cen­sant et en « la­bel­li­sant » les as­so­cia­tions et ac­tions exis­tantes pour les fa­milles mo­no­pa­ren­tales et « gé­né­rer des ini­tia­tives » lo­cales.

Se­lon l’In­see, 1,7 mil­lion de fa­milles sont mo­no­pa­ren­tales, soit plus d’une sur cinq (22 %). Dans 85 % des cas, la mère est la cheffe de fa­mille. Par­ti­cu­liè­re­ment tou­chées par la pré­ca­ri­té, 32,5 % de ces fa­milles vivent sous le seuil de pau­vre­té.

Pour Béa­trice Hen­ry, pré­si­dente de l’as­so­cia­tion Les Four­milles Ar­gen­tées, qui fait par­tie du ré­seau « Pa­rents so­lo et com­pa­ gnie », ce dont souffrent par­ti­cu­liè­re­ment ces pa­rents, c’est la so­li­tude.

L’an pas­sé, elle a créé la « seule pe­tite as­so­cia­tion de quar­tier dé­diée aux fa­milles mo­no­pa­ren­tales ». Tous les di­manches, dans un lo­cal mis à dis­po­si­tion par la mai­rie de Fon­te­nay­sous­Bois (Val­de­Marne), elle fait ve­nir gra­tui­te­ment coif­feur, es­thé­ti­cienne, garde d’en­fants, thé­ra­peute, avo­cat, ou en­core un agri­cul­teur qui vend ses fruits et lé­gumes à ses adhé­rents : 17 pa­rents so­los, dont cinq pa­pas.

« Sim­pli­fier la vie »

De­puis son quar­tier prio­ri­taire, elle re­çoit des lettres de pa­rents en souf­france vi­vant en Corse, à Tarbes ou dans l’Indre. « C’est pas l’as­sis­ta­nat qu’il faut, mais mul­ti­plier par­tout les pe­tites choses qui sim­pli­fient la vie quo­ti­dienne », plaide­t­elle. Un ob­jec­tif au­quel ten­te­ra de ré­pondre « Pa­rents so­los et com­pa­gnie », qui am­bi­tionne de « faire se ren­con­trer dans la vraie vie les pa­rents et d’avoir une carte de France des ac­tions bien rem­plie », pré­cise l’en­tou­rage de la mi­nistre. ■

PHOTO AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.