Pa­trice Mal­freyt : « La fu­sion des co­mi­tés va dy­na­mi­ser »

La Montagne (Vichy) - - Sports Auvergne - Fran­cis La­porte

Le Co­mi­té Ré­gio­nal du Sport Uni­ver­si­taire Au­vergne vient d’élire son nou­veau co­mi­té di­rec­teur. Pour une an­née, avant la fu­sion avec les voi­sins rhô­nal­pins. Ques­tions au pré­sident au­ver­gnat Pa­trice Mal­freyt qui bri­gue­ra un se­cond man­dat en jan­vier pro­chain. ■ Quels sont les grands axes de votre ac­tion ? Il est im­por­tant de conti­nuer à me­ner à bien l’ou­ver­ture et de ga­ran­tir la bonne re­pré­sen­ta­ti­vi­té de l’Au­vergne dans la nou­velle ré­gion. Il faut, en outre, fa­vo­ri­ser une per­méa­bi­li­té entre l’uni­ver­si­té et le sport, à l’image du rug­by fé­mi­nin ou de l’avi­ron. Le sport uni­ver­si­taire doit, en ef­fet, tra­vailler de concert avec les ligues et les co­mi­tés ré­gio­naux pour dé­fendre les dif­fé­rents sports et être re­pré­sen­ta­tif, no­tam­ment de la grande ré­gion au plus haut ni­veau. ■ Quel peut être l’im­pact de la fu­sion des deux uni­ver­si­tés au­ver­gnates au 1er jan­vier 2017 ? Le pas­sage à une seule ins­ti­tu­tion, l’Uni­ver­si­té Cler­mont Au­vergne (UCA), c’est le ras­sem­ble­ment de toutes les forces uni­ver­si­taires, une meilleure iden­ti­fi­ca­tion, une meilleure re­pré­sen­ta­tion. C’est po­si­tif, on at­tache de l’im­por­tance à ce que nos étu­diants puissent dé­fendre les cou­leurs de leur ins­ti­tu­tion hors Au­vergne, au ni­veau na­tio­nal et in­ter­na­tio­nal. ■ Vous met­tez en avant votre

nou­veau par­te­na­riat. Il est si im­por­tant ? On a mis une an­née pour re­trou­ver un par­te­naire. La So­cié­té Gé­né­rale, c’est un élé­ment fort parce que c’est un des par­te­naires im­por­tants au ni­veau na­tio­nal, en rug­by. Sa­chant que notre conven­tion plu­ri­an­nuelle porte, elle, sur tous les sports. Avoir des fi­nan­ce­ments est es­sen­tiel pour nous, pour le bon dé­ve­lop­pe­ment du sport uni­ver­si­taire. ■ Dans le cadre de la nou­velle ré­gion Au­vergne-Rhône-Alpes, la fu­sion, ef­fi­ciente au 1er jan­vier 2018, n’est-elle pas à craindre pour le co­mi­té d’Au­vergne ? Je pense qu’il ne faut pas avoir peur d’al­ler avec les co­mi­tés de Lyon et Gre­noble. Ce­la va per­mettre d’avoir des com­pé­ti­tions plus re­le­vées et, pour les sports confi­den­tiels, de trou­ver des com­pé­ti­tions. En ce qui concerne les ins­ti­tu­tions, on est en train d’éta­blir notre fa­çon de fonc­tion­ner. Il fau­dra que co­existent des an­tennes sur les trois ter­ri­toires, ce qui si­gni­fie qu’il y en au­ra tou­jours une en Au­vergne. À par­tir des trois pré­si­dents des CRSU, il y au­ra un pré­sident Au­ver­gneR­hône­Alpes et deux vi­ce­pré­si­dents. Il n’y au­ra donc pas de dé­pos­ses­sion, ce n’est pas l’idée. Au contraire, ce rap­pro­che­ment va dy­na­mi­ser avec une po­pu­la­tion étu­diante mon­tant à 230.000 étu­diants. ■

PHO­TO FRAN­CIS LA­PORTE

PAR­TE­NA­RIAT. Le pré­sident du CRSU Au­vergne, Pa­trice Mal­freyt (as­sis, à gauche) et le di­rec­teur ré­gio­nal, Yann Lance, de­vant Fré­dé­ric Pey­ron (di­rec­teur groupe So­cié­té Gé­né­rale) et Syl­vie Bouf­fard (agence de Cler­mont).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.