Les forces re­belles quittent Alep

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

Les armes se sont tues hier après-mi­di et les der­niers quar­tiers re­belles d’Alep sont en passe de tom­ber aux mains du ré­gime sou­te­nu par la Rus­sie.

Des re­belles et des ci­vils at­ten­daient hier soir d’être éva­cués d’Alep. C’est le ré­sul­tat d’un ac­cord conclu un peu plus tôt sous la hou­lette de la Rus­sie et de la Tur­quie. Cette opé­ra­tion pour­rait mar­quer la fin de plus de quatre ans de ré­bel­lion face au ré­gime dans cette deuxième ville de Syrie.

Sur le ter­rain, les armes se sont tues en mi­lieu de l’après­mi­di après quatre se­maines de bom­bar­de­ments in­tenses sur les quar­tiers te­nus par les in­sur­gés dans la par­tie orien­tale d’Alep.

Des mil­liers de per­sonnes res­tent as­sié­gées dans les der­niers quar­tiers re­belles d’Alep en passe de tom­ber aux mains du ré­gime qui rem­por­te­ra ain­si sa plus grande vic­toire de­puis le dé­but du conflit en Syrie en 2011. Dé­jà, plus de 130.000 ci­vils ont fui les quar­tiers Est, se­lon l’Ob­ser­va­toire sy­rien des droits de l’Homme (OSDH).

Tol­lé in­ter­na­tio­nal

L’ac­cord d’éva­cua­tion a été an­non­cé par des groupes re­belles et confir­mé par la Rus­sie et la Tur­quie, par­rains res­pec­tifs du ré­gime de Ba­char al­Assad et de l’op­po­si­tion. Il fai­sait suite au tol­lé in­ter­na­tio­nal sus­ci­té par des atro­ci­tés qui au­raient été com­mises contre les ci­vils dans les quar­tiers re­pris par l’ar­mée. BI­LAN. Plus de 300.000 per­sonnes dont 90.000 ci­vils ont été tués en Syrie de­puis le dé­but du conflit se­lon l’Ob­ser­va­toire sy­rien des droits de l’Homme.

« Les bles­sés et les ci­vils se­ront éva­cués » en pre­mier puis sui­vront les re­belles, a dé­cla­ré Yas­ser alYous­sef, du groupe re­belle Nou­red­dine al­Zin­ki. En sor­tant, « ils choi­si­ront de se rendre soit dans l’ouest de la pro­vince d’Alep ou vers la pro­vince d’Id­leb (nord­ouest) », des ré­gions sous contrôle re­belle.

Se­lon un res­pon­sable d’un in­fluent groupe re­belle à Alep, l’ac­cord vi­sant à éva­cuer « les ha­bi­tants et les re­belles avec leurs armes lé­gères des quar­tiers as­sié­gés », a été conclu « sous la hou­lette de la Rus­sie et de la Tur­quie ».

À New York, où une réunion du Con­seil de sé­cu­ri­té de l’ONU s’est te­nue, l’am­bas­sa­deur russe Vi­ta­li Tchour­kine a confir­mé l’ac­cord pour éva­cuer les Les 24 morts de l’at­ten­tat com­mis di­manche, en l’église Saint­Pierre et Saint­Paul du Caire, sont les der­nières vic­times en date des per­sé­cu­tions in­vrai­sem­blables qu’en­dure la mi­no­ri­té copte égyp­tienne de­puis le ren­ver­se­ment du pré­sident is­la­miste Mo­ha­med Mor­si, en 2013, et son rem­pla­ce­ment par le ré­gime au­to­ri­taire du ma­ré­chal Ab­del Fat­tah al­Sis­si.

Les Frères mu­sul­mans font payer à l’Église copte son sou­tien à ce ré­gime qui semble moins dan­ge­reux pour ses membres (au mi­ni­mum 10 % des 90 mil­lions d’Égyp­tiens). De­puis trois ans, au moins 42 églises ont été at­ta­quées dont 37 in­cen­diées ou en­dom­ma­gées, ain­si que des di­zaines d’écoles ou de com­merces ap­par­te­nant à des Coptes. S’ils de­mandent jus­tice, l’État les ren­voie à des « séances cou­tu­mières » qui laissent aux au­to­ri­tés lo­cales le soin de ré­con­ci­lier les par­ties d’un conflit et les agres­seurs sont ra­re­ment condam­nés.

La pré­sence du ma­ré­chal Sis­si à la cé­ré­mo­nie fu­né­raire of­fi­cielle du Caire aux cô­tés du pape de l’Église copte, Ta­wa­dros II, et le deuil na­tio­nal qu’il a or­don­né ne pour­ront dis­soudre le te­na­

re­belles d’Alep, qui pour­rait in­ter­ve­nir « dans les heures qui viennent ». Il a aus­si af­fir­mé que les com­bats avaient ces­sé. Son ho­mo­logue amé­ri­caine à l’ONU, Sa­man­tha Po­wer, a ré­cla­mé des « ob­ser­va­teurs in­ter­na­tio­naux im­par­tiaux » pour su­per­vi­ser l’éva­cua­tion des ci­vils qui « ont peur d’être abat­tus dans la rue ou em­me­nés vers un des gou­lags d’Assad ».

Sou­tien cru­cial de Mos­cou

Les Af­faires étran­gères turques ont par­lé « d’un ces­sez­le­feu » à Alep et d’un « consen­sus » pour que les ci­vils sui­vis par des groupes d’op­po­si­tion soient éva­cués en di­rec­tion d’Id­leb.

Sou­mis de­puis quatre se­maines à de vio­lents bom­

bar­de­ments aé­riens et à l’ar­tille­rie, les re­belles ont per­du la qua­si­to­ta­li­té de leur an­cien bas­tion d’Alep­Est conquis en 2012 et sont can­ton­nés sur­tout dans le grand quar­tier d’al­Ma­chad. Une re­prise to­tale d’Alep per­met­tra au ré­gime de contrô­ler les cinq plus grandes villes du pays, avec Homs, Ha­ma, Da­mas et Lat­ta­quié. Un re­vi­re­ment ren­du pos­sible par le sou­tien cru­cial de Mos­cou, al­lié in­dé­fec­tible du ré­gime.

In­ca­pable d’ar­rê­ter la ma­chine de guerre du ré­gime de Ba­char al­Assad qui a re­con­quis la qua­si­to­ta­li­té d’Alep à la fa­veur d’une of­fen­sive dé­vas­ta­trice lan­cée le 15 no­vembre, la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale a sim­ple­ment ten­té d’y stop­per le drame hu­ma­ni­taire. ■

PHO­TO AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.