Ce jour où l’ASM a dé­cou­vert la Coupe d’Eu­rope au Mi­che­lin

Le 27 no­vembre 1999, Montferrand fai­sait face à Car­diff son en­trée sur la grande scène eu­ro­péenne. Oli­vier Merle se sou­vient.

La Montagne (Vichy) - - La Une - Christophe Bu­ron

Oli­vier Merle n’a rien per­du de sa fa­conde et de son sens ai­gui­sé du ré­cit. À 34 ans, à l’époque, « l’homme et de­mi » avait li­vré com­bat avec les Gal­lois de Car­diff qu’il croi­sait alors ré­gu­liè­re­ment avec le XV de France. 17 ans plus tard, le ro­buste et épais deuxième ligne mont­fer­ran­dais n’a pas ou­blié grand­chose de cette ren­contre his­to­rique.

■ Que vous reste-t-il de ce match ?

C’était la pre­mière fois que Montferrand goû­tait au par­fum du ni­veau in­ter­na­tio­nal au stade Mi­che­lin, face à une équipe de Car­diff qui avait dé­jà l’ex­pé­rience eu­ro­péenne. C’était un match in­tense, qui al­lait plus vite, qui ta­pait plus fort. Les matchs de haut ni­veau vont vite, les matchs de très haut ni­veau vont très vite.

■ Quels sou­ve­nirs gar­dez-vous de cette équipe de Car­diff ? Dé­jà, je re­trou­vais mon pote Gré­go­ry Ka­ca­la avec qui j’avais été cham­pion de France en 1993 avec Gre­noble… (sou­rires). ■ ...? Comment ça, on n’a pas été cham­pion de France ? (rires). On m’au­rait men­ti. Quel­

qu’un a les images pour prou­ver le contraire ? Pour la pre­mière fois, on au­rait pu par­ta­ger le Bou­clier il me semble (*).

■ Pour re­ve­nir à Car­diff et 1999, il y avait sur­tout en face votre clone

Craig Quin­nell… Ah oui, comment l’ou­blier… C’était un plai­sir de le re­trou­ver sur le ter­rain avec nos clubs res­pec­tifs. Je crois me sou­ve­nir de ses com­men­taires après le match ; il s’était dit sur­pris de me voir dans l’équipe en face de la sienne, il croyait que je ne jouais plus, que j’avais ar­rê­té le rug­by (sou­rires).

■ Il vous reste un sou­ve­nir par­ti­cu­lier de cette ren­contre ? Oui, mais c’est dif­fi­cile à ra­con­ter. C’est plu­tôt vi­suel comme truc (rires).

■ Ra­con­tez tou­jours… C’est la pe­tite his­toire du car­ton jaune re­çu par un Gal­lois. Donc, ça se passe dans un re­grou­pe­ment à cinq mètres de l’en­but de Car­diff. Je viens au sou­tien pour protéger la sor­tie de balle de notre cô­té et j’ai ce type en face de moi qui fer­raille. Je lui tire le maillot, his­toire de ré­duire son champ d’ac­ti­vi­té, vous voyez… Il es­saye de se dé­ga­ger mais je le tiens en­core plus fort.

■ Et alors ? Ben, il s’énerve et il fait un grand mou­li­net avec son bras, poing fer­mé di­rec­tion mes cô­te­lettes. Il me cha­touille quoi. Mais il m’a fal­lu une ou deux se­condes pour com­prendre comment je pou­vais ti­rer pro­fit de la si­tua­tion.

■ C’est-à-dire ? Je m’étale par terre en criant et me te­nant les côtes et là, l’ar­bitre sort la bis­cotte (car­ton jaune, ndlr ).( large sou­rire).

■ Et sur le match, que re­te­nez­vous de la ra­clée que vous avez

in­fli­gé ce jour-là à Car­diff ? C’était du très haut ni­veau, ce­lui que l’on tu­toie en équipe na­tio­nale à l’éche­lon in­ter­na­tio­nal. Là, on a fait un grand match dans un cadre évé­ne­men­tiel par­ti­cu­lier. C’était super d’at­teindre ce ni­veau pour la grande pre­mière de l’ASM au stade Mi­che­lin.

■ Vous avez gar­dé quelque chose

de cette ren­contre ? À part des sou­ve­nirs, non. Quelque temps après le match, il y avait eu un re­pas de ga­la au châ­teau de La Ba­tisse à Cha­no­nat. Chaque joueur ti­tu­laire de l’ASM re­met­tait son maillot du match à un par­te­naire. Moi, je de­vais don­ner mon nu­mé­ro 5 au Con­seil ré­gio­nal. Gis­card d’Es­taing n’était pas là, j’ai donc été lui re­mettre avec une pe­tite dé­di­cace quelques jours plus tard dans son bu­reau. Plu­sieurs an­nées après il a dé­mé­na­gé et fi­lé le maillot à l’un de ses conseillers qui tra­vaille au­jourd’hui à l’ASM (ndlr : Au­ré­lien Per­rin, di­rec­teur com­mu­ni­ca­tion dé­ve­lop­pe­ment).

Du coup, mon maillot du match contre Car­diff est dans une vi­trine à l’ASM Ex­pe­rience. ■

(*) En 1993, Gre­noble s’in­cline en fi­nale contre Castres au terme d’un match contro­ver­sé suite à un es­sai ac­cor­dé au Cas­trais Ga­ry Whet­ton.

PHO­TO THIER­RY NI­CO­LAS

DU LOURD. Au moins deux Gal­lois, dont Quin­nell (à droite), s’ac­crochent aux basques d’Oli­vier Merle pour ten­ter d’en­rayer l’avan­cée des Mont­fer­ran­dais (avec au fond les cas­qués Tron­con et Magne).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.