Le front d’Alep s’em­brase à nou­veau

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

Les raids aé­riens et les bom­bar­de­ments in­tenses ont se­mé la pa­nique hier par­mi les ha­bi­tants d’Alep qui cher­chaient éper­du­ment un abri, après la sus­pen­sion d’un ac­cord sur leur éva­cua­tion des der­nières poches re­belles dans la deuxième ville de Syrie.

Les vio­lences entre forces pro­ré­gime et in­sur­gés à Alep ont re­pris de plus belle après une pause de plu­sieurs heures qui de­vait per­mettre aux mil­liers de ci­vils af­fa­més et déses­pé­rés de pou­voir sor­tir de la poi­gnée de quar­tiers en­core aux mains des re­belles.

Ce nou­vel em­bra­se­ment a pous­sé des ha­bi­tants ter­ri­fiés à fuir dans les rues à la re­cherche d’un abri. D’autres ten­taient de se ca­cher dans les en­trées des im­meubles. On a vu un char du ré­gime ti­rer en di­rec­tion des sec­teurs in­sur­gés, alors que les raids aé­riens du ré­gime se pour­sui­vaient en fin d’après­mi­di sur le sec­teur re­belle dans le sud de la ville.

Erdogan et Pou­tine prêts à re­prendre les éva­cua­tions

« La si­tua­tion est hor­rible », a lan­cé le mi­li­tant Mo­ham­mad al­Kha­tib : « Les bles­sés et les morts sont dans les rues, per­sonne n’ose les re­ti­rer. Le bom­bar­de­ment est conti­nu. C’est in­des­crip­tible. » « On est re­ve­nu à la case dé­part », a ré­su­mé le di­rec­teur de l’Ob­ser­va­toire sy­rien des droits de l’homme (OSDH), Ra­mi Ab­del Rah­mane.

La perte d’Alep mar­que­ra la fin de la ré­bel­lion dans cette ville sym­bole dont elle avait conquis la par­tie orien­tale en 2012.

En re­vanche, elle re­pré­sen­te­ra la plus im­por­tante vic­toire du pou­voir et de ses al­liés russe et ira­nien de­puis le dé­but de la guerre en 2011.

L’ac­cord d’éva­cua­tion conclu sous la hou­lette de Mos­cou et d’An­ka­ra au­rait per­mis aus­si aux re­belles de par­tir après plus de quatre mois de siège. L’al­lié russe du pré­sident Ba­char alAs­sad a ac­cu­sé les re­belles d’avoir dé­clen­ché à nou­veau les hos­ti­li­tés, tan­dis que le par­rain

de l’op­po­si­tion, la Turquie, blâ­mait les troupes du ré­gime et leurs al­liés.

Le pré­sident turc, Re­cep Tayyip Erdogan, et son ho­mo­logue russe, Vla­di­mir Pou­tine, ont conve­nu, hier, que les vio­la­tions du ces­sez­le­feu dans la ville sy­rienne d’Alep de­vaient ces­ser. Ils se sont dit prêts à re­prendre « dès que pos­sible » l’éva­cua­tion des ci­vils et des re­belles, se­lon une source pré­si­den­tielle tur­

que. Une source proche du ré­gime sy­rien a pré­ci­sé que les né­go­cia­tions conti­nuaient et « lors­qu’un ac­cord se­ra conclu, les au­to­ri­tés sy­riennes l’an­non­ce­ront ».

D’après un res­pon­sable re­belle, le ré­gime et son al­lié ira­nien « veulent lier l’ac­cord » à une le­vée du siège par les re­belles des vil­lages de Fouaa et Ka­fraya, sous contrôle gou­ver­ne­men­tal dans la pro­vince d’Id­leb (nor­douest). D’ailleurs ces vil­lages ont été bom­bar­dés dans l’après­mi­di par les re­belles, se­lon l’OSDH.

De son cô­té, une source proche du pou­voir a ac­cu­sé les re­belles d’avoir cher­ché à aug­men­ter le nombre des per­sonnes éva­cuées de 2.000 à 10.000.

L’Iran, 1re puis­sance ré­gio­nale

Se­lon l’in­fluent groupe re­belle Nou­red­dine al­Zin­ki, l’ac­cord pré­voyait l’éva­cua­tion en pre­mier des bles­sés et des ci­vils, sui­vis des in­sur­gés avec leurs armes lé­gères, dans les ré­gions re­belles des pro­vinces d’Alep ou d’Id­leb.

« En­vi­ron 100.000 per­sonnes sont en­core pié­gées sur un ter­ri­toire de 5 km2 » à Alep, a af­fir­mé Mé­de­cins du Monde.

L’ac­cord d’éva­cua­tion avait été an­non­cé après le tol­lé in­ter­na­tio­nal sus­ci­té par des in­for­ma­tions se­lon les­quelles « au moins 82 ci­vils » au­raient été tués dans les quar­tiers re­pris par l’ar­mée, se­lon le Haut Com­mis­sa­riat de l’ONU aux droits de l’Homme.

La Com­mis­sion d’en­quête sur la Syrie de l’ONU a par ailleurs in­di­qué hier que des groupes re­belles em­pê­che­raient des ci­vils de quit­ter les quar­tiers as­sié­gés et s’en ser­vi­raient comme bou­cliers hu­mains.

Un to­tal de plus de 465 ha­bi­tants dont 62 en­fants ont pé­ri à Alep­Est, se­lon l’OSDH, de­puis le dé­but le 15 no­vembre de l’of­fen­sive des pro­ré­gime qui contrôlent dé­sor­mais 90 % de la ville. Cô­té gou­ver­ne­men­tal, 142 ci­vils ont été tués par les tirs re­belles. ■

PHO­TO AFP

IN­DES­CRIP­TIBLE. Les chars du ré­gime tirent en di­rec­tion des sec­teurs in­sur­gés alors que les raids aé­riens du ré­gime se pour­suivent dans le sec­teur re­belle dans le sud de la ville.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.