L’Al­lier es­pé­rait fort sa Miss France

La Montagne (Vichy) - - La Une - Lau­ra Ba­zin et Sté­pha­nie Mé­na

ÉLEC­TION. Le Bour­bon­nais a re­te­nu son souffle, hier soir, en sui­vant la soi­rée de Miss France. La Mou­li­noise Océane Faure, Miss Au­vergne 2017, pou­vait fi­gu­rer sur le po­dium.

ÉMO­TION. Des ha­bi­tants étaient no­tam­ment réunis à Mou­lins et à Deux­Chaises. La dé­cep­tion était pal­pable lorsque Océane Faure n’a pas été re­te­nue par­mi les douze fi­na­listes.

Miss Au­vergne a été éli­mi­née dès le pre­mier tour de l’élec­tion Miss France 2017, hier soir. Pour­tant, Océane Faure mé­ri­tait, aux dires de ces nom­breux proches, de fi­gu­rer – au moins – par­mi les douze der­nières can­di­dates. Deux soi­rées spé­ciales avaient été or­ga­ni­sées pour suivre la re­trans­mis­sion, à Deux-Chaises et à Mou­lins.

ADeux­Chaises, où Miss Au­vergne a long­temps été membre du club de ma­jo­rettes Les Fau­vettes, un dî­ner a été or­ga­ni­sé pour re­trans­mettre l’élec­tion hier, à la salle po­ly­va­lente. La com­mune avait loué un écran géant pour as­sis­ter à l’aven­ture té­lé­vi­sée de l’en­fant du pays. Las !

« On est tous très dé­çus. Océane au­rait mé­ri­té d’être dans les douze can­di­dates sé­lec­tion­nées. Elle est aus­si belle que gen­tille, ré­ser­vée mais avec du ca­rac­tère. Elle au­rait très

bien re­pré­sen­té la France », re­grette son an­cienne pré­si­dente aux ma­jo­rettes, Chan­tal Bel qui l’ima­gi­nait fran­che­ment être couronnée. Sa cou­sine Cé­line Ga­gniere est dé­goû­tée : « Je ne com­prends tout sim­ple­ment pas pour­quoi elle n’est pas dans les douze. »

A Mont­pel­lier, où trente proches d’Océane étaient pré­sents pour suivre l’élec­tion en di­rect, c’est la douche froide. Sa soeur Doriane ne com­prend pas non plus. « Océane fi­gu­rait par­mi les douze fa­vo­rites. Il s’est pas­sé un truc, mais quoi ? ». « On tombe de très haut », ajoute sa ma­man, Ber­na­dette.

A Mou­lins, une soi­rée était aus­si or­ga­ni­sée à l’Ins­ti­tut de for­ma­tion de la Croix­Rouge (Irf­ssa), où Océane Faure est en troi­sième an­née de soins infirmiers. « Je suis fière des étu­diants qui vivent des aven­tures hu­maines ou hu­ma­ni­taires du­rant leurs études », com­mente Ca­the­rine Be­siers­Ta­bour­neau, di­rec­trice de l’Irf­ssa.

Le dé­but de la soi­rée avait bien com­men­cé. A Deux­Chaises, une qua­ran­taine de per­sonnes s’était réu­nie dans une am­biance convi­viale, cha­cun ame­nant de quoi se res­tau­rer. La dou­zaine d’en­fants membres des Fau­vettes avait pré­pa­ré des ban­de­roles, avec l’aide des plus grandes. Fleurs et coeurs à foi­son.

Pour des rai­sons d’or­ga­ni­sa­tion, le dé­fi­lé en te­nue

tra­di­tion­nelle a été tour­né le ven­dre­di soir. Les cos­tumes sont im­pres­sion­nants, les coif­fures tout au­tant. Mais les spec­ta­teurs bour­bon­nais se de­mandent en quoi la robe d’Océane re­pré­sente l’Au­vergne. A Deux­Chaises comme à Mou­lins, on cherche… « Oui, la robe est verte, c’est la na­ture… »

Quand ar­rive l’an­nonce des douze can­di­dates sé­lec­tion­nées, tout le monde y croit. Au fur et à me­sure que le pré­sen­ta­teur cite les noms des ré­gions, les vi­sages se crispent…

Océane Faure va re­prendre le cours de sa vie et les cours le mar­di 3 jan­vier. Suite à l’aven­ture Miss France, qui au­ra du­ré un mois, elle de­vra pas­ser son mémoire de fin d’étude en dé­cembre 2017, au lieu de juillet. ■

PHOTO AFP

PHOTOS SÉVERINE TRÉMODEUX

SOU­TIEN. A Deux-Chaises, le club de ma­jo­rettes et la com­mune ont or­ga­ni­sé une re­trans­mis­sion en di­rect à la salle po­ly­va­lente.

PHOTO AFP

PRES­TA­TION. Océane Faure lors du pre­mier pas­sage sur scène.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.