Clermont connaît bien la re­cette

La Montagne (Vichy) - - Sports - Ch­ris­tophe Bu­ron

Ser­rer dé­fen­si­ve­ment les bou­lons et conser­ver l’en­thou­siasme of­fen­sif se­ront les in­gré­dients de base si l’ASM veut écar­ter l’Ul­ster de son che­min. En somme, ré­édi­ter la per­for­mance d’Exe­ter (8-35) en dé­but de campagne eu­ro­péenne.

La gé­né­ro­si­té est une ver­tu d’une âme bien née. Si Clermont, dans le monde de l’ova­lie, est sou­vent van­té pour ses qua­li­tés es­thé­tiques et of­fen­sives, il le doit à une phi­lo­so­phie de jeu dont Franck Azé­ma n’en­tend pas s’éloi­gner, au contraire, qu’il veut ar­dem­ment en­tre­te­nir. Gé­né­reux en attaque, ses joueurs l’ont été éga­le­ment à Bel­fast le week­end der­nier, au sens lit­té­ral du terme, en of­frant des ca­deaux, non pas par cha­ri­té chré­tienne mais en consé­quence d’une dé­fense trop laxiste.

Après deux ren­contres spec­ta­cu­laires, mais qu’ils ont per­dues, à Pau et donc en Ul­ster, les Cler­mon­tois doivent trou­ver le bon amal­game entre leur pen­chant naturel pour l’attaque et la fé­ro­ci­té dé­fen­sive qui leur a man­qué sur ces der­niers ren­dez­vous.

Quand on sait, en plus, que tout bon Ir­lan­dais, qu’il soit du nord, de Li­me­rick tout au sud ou éle­vé dans la ca­pi­tale du­bli­noise, pos­sède un ADN qui ne lui fait ja­mais rendre les armes sans com­battre ­ le fa­meux « figh­ting spi­rit » ­, on com­prend la né­ces­si­té ab­so­lue pour l’ASM, cet après­midi, de mon­ter le cur­seur de la per­for­mance au maxi­mum.

Clermont sait faire. Sur le plan dé­fen­sif, le club au­ver­gnat, de­ve­nu une des ré­fé­rences eu­ro­péennes au gré de ses per­for­mances de­puis quatre ans, pos­sède quelques re­pères in­té­res­sants. « Pour moi, de­puis que je joue à l’ASM, la ré­fé­rence est Tho­mond Park (dé­cembre 2014, vic­toire 16­9) au Muns­ter, af­fi­

che Ca­mille Lo­pez. J’ai un sou­ve­nir pré­cis avec un dis­cours très fort de Ro­ro (Au­ré­lien Rou­ge­rie) le jeu­di avant de prendre l’avion pour mon­ter à Bel­fast. Son mes­sage m’avait mar­qué et la veille du match, j’ai dit à Wes

(Fo­fa­na), avec qui j’étais en chambre, que je ne voyais pas ce qui pou­vait nous ar­ri­ver. Chaque joueur, ce jour­là, avait dé­fen­du pour les autres ».

Nick Aben­da­non, ar­rière vo­lant re­con­ver­ti en ce mo­ment

en ai­lier dé­bor­dant, a la même ré­fé­rence. « Au Muns­ter, il y a deux ans, nous avions eu la bonne in­ten­si­té en dé­fense. Je me sou­viens très bien des deux ou trois tam­pons de Ja­mie (Cud­more) sur O’Con­nell… », sou­rit l’in­ter­na­tio­nal an­glais. Au­jourd’hui, dans ce match dé­ci­sif qu’est tou­jours la se­conde manche du « back to back », l’Ul­ster a clai­re­ment af­fi­ché son am­bi­tion de mettre la pres­sion sur Clermont. Forts du sou­tien d’un stade Mi­che­lin qui de­vrait en­fin faire le plein, les joueurs de Franck Azé­ma pour­ront donc s’ins­pi­rer de leurs meilleures pres­ta­tions dé­fen­sives, mais sans ou­blier non plus de faire vivre le bal­lon.

Pour le coach cler­mon­tois, il n’est pas utile de re­mon­ter deux ans en ar­rière pour trou­ver le mo­dèle du « match idéal ». « Notre match à Exe­ter, il y a deux mois est une vraie ré­fé­rence. On l’a ga­gné sur la dé­fense. Après, bien dé­fendre ne veut pas dire né­gli­ger l’attaque. Dé­jà, plus tu gardes le bal­lon et moins tu as à dé­fendre ».

La démonstration sur la pe­louse d’Exe­ter (35­8) le 15 oc­tobre der­nier se­rait donc l’exemple à suivre. En termes de réa­lisme et d’in­ten­si­té, il n’y a pas de doute sur la per­for­mance in­di­vi­duelle et col­lec­tive des Cler­mon­tois sur ce match abou­ti. « C’est sur­tout, pré­cise coach Azé­ma, avoir la même concen­tra­tion et en­vie quand on dé­fend. La dé­fense, c’est un tout : la cir­cu­la­tion des joueurs, leur im­pli­ca­tion et les re­pères. La dé­fense, va en­core plus loin l’en­traî­neur, c’est ce que tu as en­vie de par­ta­ger avec les autres ».

Si Ca­mille Lo­pez avoue que « tu laisses par­fois des plumes à dé­fendre très fort », son coach mar­tèle un dis­cours vo­lon­ta­riste sur la fa­çon de jouer de son équipe. « On ne va pas fer­mer le ro­bi­net. C’est ce qui nous per­met au­jourd’hui d’être en tête du Top 14 et de notre poule de Coupe d’Eu­rope. Si on doit ga­gner 12­9, on ver­ra, mais au­de­là de la vic­toire il y a le conte­nu. On ne va pas se couper de toutes les formes de jeu que l’on sou­haite pra­ti­quer ».

Dé­fendre avec achar­ne­ment et at­ta­quer à l’en­vi… voi­là le pro­jet de jeu qui fait de Clermont une équipe séduisante et per­for­mante. ■

Tho­mond Park 2014, le match ré­fé­rence sur le plan dé­fen­sif « La dé­fense, c’est ce que tu as en­vie de par­ta­ger avec les autres » Azé­ma

PHOTO RICHARD BRU­NEL

CONCEN­TRA­TION ET EN­VIE. La dé­fense cler­mon­toise, ici Na­kai­ta­ci qui stoppe une ini­tia­tive du Bor­de­lais Ta­le­bu­la (le 22 oc­tobre der­nier), de­vra haus­ser son ni­veau face aux Ir­lan­dais de l’Ul­ster, no­tam­ment dans les duels d’homme à homme.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.