VU D’AILLEURS

La Montagne (Vichy) - - 7 Jours En Politique - Jean-Charles Sain­tonge

Le mot de l’an­née

« Je suis vic­time du po­pu­lisme ». L’af­fir­ma­tion de l’ex­pre­mier mi­nistre bri­tan­nique Ca­me­ron a mis en co­lère The Guar­dian. « Sot­tise », écrit-il. « La dé­mo­cra­tie dé­pend du po­pu­lisme dans sa meilleure ac­cep­tion, la faim de lé­gi­ti­mi­té dé­mo­cra­tique. Les mots sont les ra­deaux de sau­ve­tage de cette lé­gi­ti­mi­té. Ac­tuel­le­ment, ils sombrent ». Le por­tu­gais Pú­bli­co note que « la dra­ma­tique confu­sion sé­man­tique sur le po­pu­lisme ré­vèle une chose : nous n’avons plus d’ou­tils concep­tuels pour ana­ly­ser ce qui se passe dans le monde ». Le Cor­riere del­la Se­ra se fait l’écho d’une réu­nion à Bruxelles du Goethe Ins­ti­tut sur le thème « L’an­goisse eu­ro­péenne ». « L’Eu­rope est une ta­pis­se­rie que nous trai­tons comme une vieille gue­nille », « les qua­rante étu­diants ex­tra-eu­ro­péens in­vi­tés, is­sus de pays trou­blés, peuvent se de­man­der » : « de quoi se plaignent-ils, ces Eu­ro­péens ? ». Dans El País l’aca­dé­mi­cienne Hé­lène Car­rère d’En­causse re­grette : « L’idée d’Eu­rope est faible. C’est une tra­gé­die, c’est une idée ma­gni­fique, la plus belle que nous ayons pu voir, la plus belle réponse au to­ta­li­ta­risme. Il y a un conti­nent eu­ro­péen, une ci­vi­li­sa­tion eu­ro­péenne, il fal­lait al­ler de l’avant et nous ne l’avons pas fait, nous nous sommes oc­cu­pés de ques­tions bu­reau­cra­tiques et de pe­tits in­té­rêts ».

Pou­tine vain­queur ?

Pas pour l’al­le­mand Frank­fur­ter Rund­schau. « Pou­tine vient d’ap­prendre à connaître le Moyen-Orient. Al-As­sad lui a fait perdre la face trois fois. Une so­lu­tion po­li­tique n’in­té­resse pas le Sy­rien. Il peut à tout mo­ment jouer la carte de Té­hé­ran contre Mos­cou. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.