Les au­to­ca­ristes vont blo­quer Pa­ris

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités - Cé­dric Gou­rin (*) La fé­dé­ra­tion na­tio­nale des tran­sports de voya­geurs compte 1.500 en­tre­prises adhé­rentes, de la TPE aux grands groupes. Elles em­ploient 45.000 sa­la­riés sur les 66.000 que compte le sec­teur.

De­main mar­di, plus de 300 au­to­cars vont ma­ni­fes­ter à Pa­ris, pour dire « non à la sup­pres­sion de l’au­to­car en 2020 ». Une pre­mière !

À l’ori­gine de cette grogne, deux dé­ci­sions de la Ville de Pa­ris : l’aug­men­ta­tion à comp­ter du 1er jan­vier du ta­rif de sta­tion­ne­ment pour cer­tains au­to­cars, et l’in­ter­dic­tion de cir­cu­la­tion des vé­hi­cules die­sel à par­tir de 2020.

« Nous tra­vaillons de­puis deux ans avec la mai­rie de Pa­ris sur un sché­ma d’adap­ta­tion et d’évo­lu­tion de la cir­cu­la­tion de nos au­to­cars, qui pro­po­sait un ca­len­drier de sor­tie pro­gres­sive des vé­hi­cules les plus pol­luants, ex­plique Mi­chel Seyt, pré­sident de la FNTV (*), et di­ri­geant d’une en­tre­prise en Au­vergne. Or, en im­po­sant cette date de 2020, la Ville de Pa­ris, nous a mis un coup de poi­gnard dans le dos ». Et ce, alors que les au­to­cars, qui ne rentrent pas dans la ca­té­go­rie « pro­té­gée » des tran­sports en com­mun, per­mettent pour­tant « de faire cir­cu­ler un maxi­mum de per­sonnes dans un seul vé­hi­cule ».

Chaque jour, ce sont 1.000 à 1.100 au­to­cars de

tou­risme, fran­çais et étran­gers, qui cir­culent dans Pa­ris. Douze mil­lions de tou­ristes sont ache­mi­nés chaque an­née. Un poids éco­no­mique non né­gli­geable pour le sec­teur du tou­risme pa­ri­sien.

Pour Mi­chel Seyt, « il est

im­pos­sible d’ima­gi­ner que d’ici 2020, les en­tre­prises aient la ca­pa­ci­té fi­nan­cière pour re­nou­ve­ler leur parc d’au­to­cars ».

« Je ne veux sur­tout pas être le dé­fen­seur du die­sel. Mais en­core fau­drait­il que l’in­dus­trie du poids lourd, qui fa­brique nos moteurs, puisse ré­pondre ra­pi­de­ment à ce be­soin. Ce n’est pas le cas ».

« Ce sont des pro­messes po­li­tiques qui n’ont pas de sens, ajoute Mi­chel Seyt. Nous étions prêts à faire des ef­forts et tout est ré­duit à néant. Avec pour con­sé­quence que des em­plois se­ront dé­truits si cer­taines en­tre­prises sont me­na­cées de mettre la clé sous la porte ! »

À cette in­ter­dic­tion des au­to­cars die­sel, s’ajoute une ta­ri­fi­ca­tion de sta­tion­ne­ment qui, dès le 1er jan­vier, « va aug­men­ter su­bi­te­ment pour cer­taines ca­té­go­ries de vé­hi­cules. Avec des sur­taxes jus­qu’à 350 %, alors qu’une jour­née de sta­tion­ne­ment coûte dé­jà entre 150 et 250 eu­ros ! » De quoi jus­ti­fier la grogne de ces pro­fes­sion­nels. ■

« Cette dé­ci­sion ne re­lève pas du cou­rage po­li­tique, mais de la dé­rai­son ! » MI­CHEL SEYT Pré­sident de la fé­dé­ra­tion na­tio­nale des tran­sports de voya­geurs

PHO­TO AFP

AU­TO­CARS. Chaque jour, 1.000 à 1.100 au­to­cars de tou­risme, fran­çais et étran­gers, cir­culent dans Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.