La dé­via­tion de la RN 7 va ou­vrir

C’est par­ti. Le contour­ne­ment de Varennes-sur-Al­lier se­ra ou­vert à la cir­cu­la­tion de­main ma­tin. Un nou­veau tra­jet pour la RN 7 que les ca­mions de­vraient em­prun­ter. Les ha­bi­tants sont par­ta­gés.

La Montagne (Vichy) - - La Une - De­nis Lo­rut de­nis.lo­rut@cen­tre­france.com

VARENNES-SUR-AL­LIER. En­ga­gé en 2009, le chan­tier du contour­ne­ment de Varennes­sur­Al­lier (4,8 km) vient de s’ache­ver. Il au­ra coû­té en­vi­ron 50 mil­lions d’eu­ros.

MER­CRE­DI. Après les pié­tons et les cy­clistes, sa­me­di, la cir­cu­la­tion se­ra ou­verte de­main aux 9.000 vé­hi­cules qui em­pruntent chaque jour la RN 7.

La pre­mière réunion pour par­ler d’une dé­via­tion de Varennes­sur­Al­lier au­rait eu lieu en 1989. Vingt­sept ans plus tard, c’est par­ti, le contour­ne­ment ouvre en­fin. De­main ma­tin.

Si, en 1989, la cir­cu­la­tion des ca­mions était dé­jà dense, ces der­nières an­nées, elle était de­ve­nue in­sup­por­table avec 15.000 ca­mions comp­ta­bi­li­sés chaque se­maine sur cette par­tie de la RN 7. Les Va­ren­nois son­tils prêts à vivre sans vitres qui tremblent, sans vrom­bis­se­ment de gros mo­teur ?

Une étape pour les Pa­ri­siens

Franck Gi­za, cho­co­la­tier ins­tal­lé rue Claude­La­bonde, trouve que ce contour­ne­ment est une bonne chose. « Ce­la va désen­gor­ger la ville et sup­pri­mer les bou­chons pro­vo­qués par les ca­mions. Les gens pour­ront se ga­rer sans prendre le risque de se

faire ar­ra­cher leur por­tière », ex­plique l’ar­ti­san qui pense que des clients vont re­ve­nir dans la ville.

Pour Clau­dine Ca­nal, qui tient un ta­bac­presse dans la même rue, ce se­ra un manque à ga­gner de 10 à 15 ca­mion­neurs qui s’ar­rêtent, chaque jour,

ache­ter du ta­bac, chez elle. « Je m’in­ter­roge aus­si sur les va­can­ciers, no­tam­ment les Pa­ri­siens qui font étape chez nous après trois heures de route », sou­ligne la com­mer­çante.

Na­tha­lie Cou­derc, qui tient le bar­res­tau­rant Les Lan­diers, ad­met ne pas sa­voir ce que ce­la va

don­ner : « Je ne tra­vaille pas avec les ca­mion­neurs mais plus avec des gens de pas­sage. Si on s’en ré­fère à ce qui s’est pas­sé avec la dé­via­tion de La­pa­lisse, ce­la va faire des dé­gâts. »

Pour Hu­guette, ri­ve­raine de la RN 7, ce­la va ame­ner une bouf­fée d’oxy­gène dans la ville, dans

tous les sens du terme. « En plus du bruit, il y a une forte pollution, ex­plique­t­elle. En été, je ra­masse chaque se­maine un de­mi­sac de pous­sière noire. Dites­moi quel plai­sir il y a d’al­ler à une ter­rasse de ca­fé avec 3.000 ca­mions qui passent chaque jour ? » ■

PHO­TO FRED RIMBERT.

PHO­TO FRÉ­DÉ­RIC RIMBERT

RN 7. Les pre­miers vé­hi­cules ont cir­cu­lé sa­me­di, lors de l’inau­gu­ra­tion du contour­ne­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.