Épi­céa ? Nord­mann ? Na­tu­rel ? Ar­ti­fi­ciel ?

La Montagne (Vichy) - - Jeux -

La star in­con­tes­tée des sa­lons fran­çais, c’est le sa­pin de Nord­mann qui a sup­plan­té l’épi­céa au dé­but des an­nées 2000. Si le sa­pin na­tu­rel a tou­jours la cote – il s’en vend 5,3 mil­lions chaque an­née en France, se­lon France Agri-Mer – le sa­pin ar­ti­fi­ciel a de plus en plus de suc­cès. Les consom­ma­teurs pensent, à tort, qu’il est plus éco­lo­gique car sa du­rée de vie est plus longue. C’est faux ! Se­lon l’as­so­cia­tion fran­çaise du sa­pin de Noël na­tu­rel, le bi­lan car­bone d’un arbre na­tu­rel est bien moins éle­vé que ce­lui d’un arbre ar­ti­fi­ciel. 3,1 kg de CO2 émis tout au long de son cycle de vie pour le pre­mier contre 8,1 kg pour le se­cond… sur seule­ment une an­née. Contrai­re­ment, aux idées re­çues, ache­ter un sa­pin de Noël na­tu­rel ne contri­bue pas au dé­boi­se­ment puis­qu’ils sont is­sus de plan­ta­tions spé­ci­fiques. Et puis, un vé­ri­table sa­pin, à condi­tion qu’il soit dé­po­sé dans les bons points de col­lecte, se re­cycle. Une fois les fêtes pas­sées, on peut même… le man­ger ! Un peu comme le ro­ma­rin, les ai­guilles de l’arbre aro­ma­tisent des plats ou des sauces. Vé­ri­dique !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.