Un Tu­ni­sien de 24 ans sus­pec­té d’être l’au­teur de l’at­ten­tat

La Montagne (Vichy) - - La Une -

Les au­to­ri­tés al­le­mandes ont an­non­cé, hier, re­cher­cher ac­ti­ve­ment un Tu­ni­sien «clas­sé dan­ge­reux» après l’at­ten­tat au ca­mion bé­lier sur un mar­ché de Noël de Ber­lin.

Le sus­pect ac­ti­ve­ment re­cher­ché se­rait Anis Am­ri, un Tu­ni­sien « de 24 ans qui dis­pose ma­ni­fes­te­ment de plu­sieurs iden­ti­tés ». Il s’agit d’un in­di­vi­du clas­sé dan­ge­reux, que les ser­vices de sé­cu­ri­té connais­saient et qui ap­par­te­nait à la mou­vance is­la­miste­sa­la­fiste.

De­man­deur d’asile

Un mi­nistre ré­gio­nal al­le­mand de l’In­té­rieur, Ralf Jä­ger, a en pa­ral­lèle ré­vé­lé que le sus­pect était un de­man­deur d’asile qui fai­sait dé­jà l’ob­jet d’une en­quête pour soup­çon de pré­pa­ra­tion d’at­ten­tat avant que l’at­taque au ca­mion bé­lier soit com­mise lun­di soir sur un mar­ché de Noël à Ber­lin, tuant 12 per­sonnes et en bles­sant des di­zaines d’autres.

Il se­rait lié à un ré­seau de re­cru­teurs pré­su­més du groupe État is­la­mique en Al­le­magne et consi­dé­ré comme par­ti­cu­liè­re­ment dan­ge­reux, se­lon les quo­ SUR­VEILLANCE. L’Al­le­magne songe à dur­cir la sé­cu­ri­té pu­blique après l’at­ten­tat.

ti­diens Süd­deutsche Zei­tung et Bild.

C’est le par­quet de Ber­lin, où le sus­pect s’était ins­tal­lé, « qui me­nait les in­ves­ti­ga­tions », a pré­ci­sé ralf Jä­ger, mi­nistre pour la Rhé­na­nie­du­Nord­West­pha­lie. Il a aus­si in­di­qué que la de­mande d’asile du Tu­ni­sien avait été re­je­tée

en juin der­nier et que l’homme fai­sait l’ob­jet d’une pro­cé­dure d’ex­pul­sion vers son pays.

Mais « la Tu­ni­sie a d’abord nié que l’homme était tu­ni­sien », et donc re­fu­sé toute ex­pul­sion sur son ter­ri­toire, avant fi­na­le­ment tout ré­cem­ment de re­con­naître sa na­tio­na­li­té,

a dit le mi­nistre. Se­lon des dé­pu­tés al­le­mands, c’est un por­te­feuille conte­nant des do­cu­ments d’iden­ti­té, trou­vé dans le ca­mion de Ber­lin, qui a mis les en­quê­teurs sur la piste du sus­pect.

La Tu­ni­sie est l’un des plus gros four­nis­seurs de combattants étran­gers pour les mou­ve­ments dji­ha­distes. Quelque 5.500 Tu­ni­siens sont par­tis ain­si com­battre en Sy­rie, en Irak ou en Li­bye.

Les au­to­ri­tés al­le­mandes res­tent tou­te­fois pru­dentes, après le couac de mar­di lorsque la po­lice a fi­na­le­ment mis hors de cause un Pa­kis­ta­nais pré­sen­té par le gou­ver­ne­ment comme le prin­ci­pal sus­pect de l’at­ten­tat.

Se­lon un mé­dia lo­cal al­le­mand, en­vi­ron 150 po­li­ciers ont per­qui­si­tion­né dans l’après­mi­di un foyer de ré­fu­giés dans la lo­ca­li­té d’Em­me­rich, dans l’ouest du pays, où le Tu­ni­sien a sé­jour­né dans le pas­sé.

D’autres mé­dias es­timent que le sus­pect pour­rait être bles­sé après avoir per­cu­té le mar­ché de Noël avec son poids lourd, dont la ca­bine était très abî­mée. Des traces de sang ont été re­trou­vées à l’in­té­rieur.

Du coup, la po­lice a ef­fec­tué des vé­ri­fi­ca­tions dans plu­sieurs hô­pi­taux de Ber­lin, se­lon ces mé­dias. La po­lice a in­di­qué exa­mi­ner au to­tal plus de 500 in­dices, par­mi les­quels des traces ADN re­cueillies dans le ca­mion, des ima­ ges de vi­déo­sur­veillance et des té­moi­gnages.

Chauf­feur abat­tu par balles

Le chauf­feur rou­tier po­lo­nais en titre du ca­mion, re­trou­vé mort dans la ca­bine et à qui l’as­saillant a ap­pa­rem­ment vo­lé le vé­hi­cule, a pro­ba­ble­ment cher­ché à contrer l’ac­tion de l’au­teur de l’at­ten­tat, se­lon des mé­dias al­le­mands, qui as­surent qu’il a ten­té en vain de s’em­pa­rer du vo­lant de son ca­mion.

L’au­top­sie a mon­tré que ce Po­lo­nais de 37 ans, abat­tu par balles dans la ca­bine, était vi­vant au mo­ment où son vé­hi­cule a fon­cé sur le mar­ché, se­lon Bild. Le corps de cet homme de 120 kg por­tait des traces de lutte et des coups de cou­teau.

Ber­lin n’a pas en­core au­then­ti­fié État is­la­mi­queEI, mais le par­quet an­ti­ter­ro­riste a ju­gé que la cible et le mode opé­ra­toire semblent si­gner un acte dji­ha­diste. ■

➔ Ar­res­ta­tion. Un Ma­ro­cain, membre pré­su­mé de l’État is­la­mique et sus­pec­té d’ap­par­te­nir à un groupe proche d’Ab­del­ha­mid Abaaoud, l’un des co­or­di­na­teurs des at­ten­tats du 13 no­vembre 2015 à Pa­ris, a été interpellé en Al­le­magne.

PHO­TO AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.