Un vil­lage puy­dô­mois en quête de 150.000 eu­ros

Ol­loix a mis en vente un bâ­ti­ment com­mu­nal sur In­ter­net.

La Montagne (Vichy) - - La Une - Sté­phane Bar­noin ste­phane.bar­noin@cen­tre­france.com

Confron­té à un im­pro­bable im­bro­glio ju­ri­di­co-fi­nan­cier, Ol­loix doit rem­bour­ser une dette de 148.894 eu­ros. Le maire s’or­ga­nise avec les (maigres) moyens du bord.

Une ban­de­role comme un cri du coeur. Ce mar­di, Phi­lippe Marc­Chan­dèze a ac­cro­ché un car­ré de tissu blanc aux vo­lets de sa mai­rie. « Com­mune à vendre », est­il écrit sym­bo­li­que­ment en lettres ma­jus­cules. « C’est peu­têtre ri­di­cule, mais c’est notre fa­çon de dé­non­cer l’ab­sur­di­té de la si­tua­tion. On est vrai­ment dans du Kaf­ka ».

L’État sug­gère… un ap­pel aux dons

Ce pe­tit vil­lage co­quet de trois cents ha­bi­tants, si­tué à une di­zaine de ki­lo­mètres d’Aydat, vient d’être rat­tra­pé par un fait di­vers san­glant sur­ve­nu en 2004. L’épi­sode a failli coû­ter la vie au can­ton­nier de la com­mune (voir ci­des­sous). Le 22 sep­tembre, près de douze ans après le drame, le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif a fait les comptes : Ol­loix doit rem­bour­

ser la ba­ga­telle de 148.894 eu­ros au Fonds de ga­ran­tie des vic­times du ter­ro­risme et d’autres in­frac­tions (FGTI). C’est presque au­tant que le bud­get de fonc­tion­ne­ment du vil­lage…

Depuis que le cou­pe­ret est tom­bé, mon­sieur le maire tente de pa­rer au

plus pres­sé. L’édile mul­ti­plie les contacts et les dé­marches pour trou­ver une porte de sor­tie. Et la par­tie est rude. Lo­ca­le­ment, les marques de soutien et de so­li­da­ri­té ont af­flué. Mais au­cune n’a pu dé­bou­cher, à ce stade, sur des aides son­nantes et tré­bu­chantes.

Les ser­vices de l’État ne sont pas in­sen­sibles non plus à la me­nace qui pèse sur Ol­loix. Une ren­contre s’est te­nue mi­oc­tobre dans les lo­caux de la pré­fec­ture. La ré­ponse est ar­ri­vée quelques jours plus tard, sous la forme d’un cour­rier of­fi­ciel de deux pages.

Six le­viers dis­tincts sont évo­qués noir sur blanc. « On nous sug­gère par exemple de lan­cer un ap­pel aux dons des par­ti­cu­liers, une sorte “d’Ol­loix­thon”. Je trouve ce­la as­sez hal­lu­ci­nant », s’agace Phi­lippe Marc­Chan­dèze. Autre piste pro­po­sée : l’aug­men­ta­tion des im­pôts lo­caux. « Si on doit en ar­ri­ver là, je dé­mis­sionne sur­le­champ », tranche l’élu.

Rien n’est en­core fi­gé, mais un scé­na­rio semble se des­si­ner. Le maire en­vi­sage d’in­clure la ron­de­lette somme à rem­bour­ser dans le pro­chain bud­get, au prin­temps. « On se­ra alors en dé­fi­cit, ce qui pro­vo­que­ra la sai­sine de la chambre ré­gio­nale des comptes. On pour­ra en­suite adres­ser au mi­nis­tère de l’In­té­rieur une de­mande de sub­ven­tion ex­cep­tion­nelle », ex­plique Phi­lippe Marc­Chan­dèze.

L’État a dé­jà pris soin de pré­ci­ser que cette aide – en­core hy­po­thé­tique – « n’a pas vo­ca­tion à fi­nan­cer la to­ta­li­té du dés­équi­libre ». Si elle veut y pré­tendre, la com­mune est gen­ti­ment in­vi­tée à réa­li­ser dès au­jourd’hui « un ef­fort si­gni­fi­ca­tif ».

Faute de mieux, un pe­tit bâ­ti­ment com­mu­nal vient donc d’être mis en vente sur In­ter­net. « Il s’agit d’une an­cienne forge d’une su­per­fi­cie de 38 m2. C’est mi­nus­cule, mais c’est tout ce qu’on a ». Prix af­fi­ché : 36.000 eu­ros.

Des dis­cus­sions sont aus­si en cours avec des agri­cul­teurs du cru sus­cep­tibles d’ac­qué­rir cer­taines par­celles com­mu­nales. Si elles se concré­tisent, ces tran­sac­tions pour­raient ra­me­ner quelques mil­liers d’eu­ros tout au plus dans les caisses du vil­lage.

« On en est ré­duits à ra­cler les fonds de ti­roirs, sou­pire Phi­lippe MarcC­han­dèze, mo­ral en berne. La Ré­pu­blique nous ou­blie et nous mé­prise. J’ai par­fois l’im­pres­sion que si on dis­pa­rais­sait to­ta­le­ment, ça ar­ran­ge­rait tout le monde… ». ■

Un bâ­ti­ment com­mu­nal mis en vente pour 36.000 €

PHO­TOS PIERRE COUBLE ET RÉ­MI DUGNE

À VENDRE. Faute de mieux, le maire a mis en vente une pe­tite forge ré­no­vée, pro­prié­té de la com­mune. « On en est ré­duits à ra­cler les fonds de ti­roirs ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.