Des mi­nia­tures au­to­mo­biles pour les grands à pe­tits prix

La Montagne (Vichy) - - Actualité - DR

S’il est une marque de mi­nia­tures au­to­mo­biles an­ciennes de référence c’est bien Din­ky Toys ! Des cen­taines de col­lec­tion­neurs à tra­vers le monde sont ca­pables de faire des « fo­lies » pour ac­qué­rir les mo­dèles les plus rares de ces « pe­tites autos » au 1/43e.

Bonne nou­velle, la mai­son de vente Col­lec­toys à Bourges pré­sente Pas­sion­né­ment Din­ky Toys, un livre­ca­ta­logue (*) dans le­quel chaque mi­nia­ture Din­ky Toys fran­çaise pré­sen­tée bé­né­fi­cie d’une co­ta­tion, d’un in­dice de ra­re­té et d’une ten­dance. Cette cote est le ré­sul­tat pon­dé­ré de nom­breuses ventes aux en­chères.

L’ou­vrage est le pre­mier à of­frir aux pas­sion­nés un in­ven­taire réa­liste et une vi­sion pa­no­ra­mique et chif­frée dans ce do­maine. Les nou­veaux col­lec­tion­neurs et les cu­rieux peuvent aus­si me­su­rer com­bien les « Din­ky » res­tent re­la­ti­ve­ment ac­ces­sibles –

la plu­part de ces autos mi­nia­tures se né­go­cient entre 50 et 150 €. Car c’est bien une des dé­cou­vertes sur­pre­nantes que cha­cun peut faire au fil des pages, c’est la cher­té re­la­tive de nom­breux mo­dèles. Un exemple : la R8 cou­leur « jaune paille » ou « bleue » pro­duite entre 1962 et 1973 coûte en­vi­ron 120 €. Seul un mo­dèle « Po­lice » en noir et

blanc avec gy­ro­phare de cette même voi­ture a culmi­né en vente aux en­chères à 8.000 €… il s’agis­sait d’un pro­to­type – une pièce unique – non re­te­nue pour la com­mer­cia­li­sa­tion. Elle a fait par­tie des col­lec­tions par­ta­gées entre les col­la­bo­ra­teurs de l’usine de Bo­bi­gny à sa fermeture en 1972.

Il man­quait jus­qu’à pré­sent le juste por­trait com­ plet de cette fa­mille de mi­nia­tures. Dé­sor­mais il existe, avec ses cen­taines de pho­tos. L’ou­vrage de Col­lec­toys est de­ve­nue, en quelques se­maines, LA référence. C’est aus­si et sur­tout un livre plai­sir qui ouvre toutes grandes les portes de l’uni­vers de Din­ky Toys, des autos et ca­mions, bien sûr, mais aus­si des trains, des avions, sans ou­blier les ma­gni­fiques cof­frets­ca­deaux et les ca­ta­logues an­nuels de la marque qui ont aus­si leur cote !

Cote fluc­tuante

At­ten­tion ce­pen­dant, comme pour tous les ob­jets liés à la pas­sion, la cote des Din­ky Toys fluc­tue et reste pour beau­coup une af­faire de gé­né­ra­tion. C’est pour cette rai­son que la pro­duc­tion d’avant­guerre connaît au­jourd’hui moins d’en­goue­ment et que celle des an­nées 1960 et 1970 rem­porte de nom­breux suf­ frages (il en va ain­si pour les mi­nia­tures comme pour les an­ciennes à l’échelle 1).

Der­nière mise en garde, la co­ta­tion est ba­sée sur des mi­nia­tures en état neuf et en boîte quand elles en dis­po­saient à l’ori­gine. Une pièce abî­mée voit sa cote ra­pi­de­ment chu­ter. Il convient donc de res­ter pru­dent dans ses achats, une « Din­ky » en mau­vais état reste tou­jours trop chère… Une autre, comme neuve, avec sa boîte d’ori­gine à un prix rai­son­nable gar­de­ra sa va­leur au moins… sen­ti­men­tale. ■

CLIN-D’OEIL. En mi­nia­ture comme à l’échelle 1 (ici Épo­queAu­to à Lyon) la ten­dance est aux se­ven­ties.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.