Le ho­mard bleu, roi des fêtes et fier­té des pê­cheurs bre­tons comme des chefs

La Montagne (Vichy) - - Actualité -

Le jour se lève à peine sur la baie de Paim­pol (Côtes-d’Ar­mor). Ju­lien Ro­bin est dé­jà à la barre du Gwenn-Mor, prêt à prendre la mer pour le­ver quelque 100 ca­siers à ho­mards, mets pri­sé en fin d’an­née.

Ju­lien re­mon­te­ra une bonne ving­taine de ho­mards qu’il re­ven­dra 35 € le ki­lo à la criée. « De­main, ce se­ra 40 € à cause du pic de la de­mande pen­dant les fêtes et ça peut al­ler jus­qu’à 50 », ex­plique­t­il.

À plu­sieurs cen­taines de ki­lo­mètres de là, la pois­son­ne­rie « Le Ho­mard pa­ri­sien », à Pa­ris, pré­sente elle, à trois jours de Noël, des ho­mards à 80 € le ki­lo. « L’an der­nier, on a at­teint les 100 € à la der­nière mi­nute pour la Saint­Syl­vestre », se sou­vient le pois­son­nier. La France pêche chaque an­née entre 500 et 800 tonnes du crus­ta­cé à la ca­ra­pace bleue ta­che­tée, se­lon Fran­ceA­gri­Mer.

Com­mu­né­ment ap­pe­lé « ho­mard bre­ton » dans l’Hexa­gone, sa zone de pêche est en réa­li­té plus vaste que la Bre­tagne, et s’étend du Croi­sic (Loire­At­lan­tique) à Cher­bourg, en pas­sant par Brest et Saint­Ma­lo.

À titre de com­pa­rai­son, il se pêche 5.000 tonnes de ho­mard bleu dit « eu­ro­péen » par an, dont 3.000 au Royaume­Uni, et 160.000 tonnes de ho­mard « amé­ri­cain », éga­le­ment ap­pe­lé ho­mard ca­na­dien.

« Le ho­mard amé­ri­cain n’est pas de la même es­pèce, un peu comme les élé­phants d’Asie et d’Afrique », pré­cise Jé­rôme La­fon, dé­lé­gué pour les fi­lières pêche et aqua­cul­ture à Fran­ceA­gri­Mer. « L’Eu­ro­péen est d’un jo­li bleu tan­dis que l’Amé­ri­cain est mar­ron/vert ».

Le po­si­tion­ne­ment de mar­ché est aus­si dif­fé­rent : alors que le ho­mard bleu vise le haut de gamme, le ho­mard d’ou­treAt­lan­tique re­lève plu­tôt de la consom­ma­tion cou­rante.

Pour les chefs, rien de mieux qu’un pro­duit tout frais pê­ché. « Le ho­mard bleu a une fraî­cheur ex­tra­or­di­naire, une chair très dé­li­cate. Il donne en­vie d’être man­gé rien que par sa tex­ture, sa cou­leur », pré­cise Fré­dé­ric An­ton, chef du « Pré Ca­te­lan ». ■

PHOTO AFP

JU­LIEN RO­BIN. « L’em­blème d’un pro­duit de qua­li­té. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.