La mai­son na­tale d’Al­bert Londres va re­vivre

La Montagne (Vichy) - - La Une - Pierre Cham­baud vichy@cen­tre­france.com

Ce­la fai­sait huit ans que Ma­rie de Co­lom­bel, pré­si­dente de l’as­so­cia­tion Mai­son d’Al­bert Londres, at­ten­dait ce­la. Les tra­vaux sont payés. Le 2, rue Besse, à Vichy, n’at­tend plus que l’écha­fau­dage, mi-jan­vier, pour re­ce­voir une nou­velle char­pente et une nou­velle toi­ture. Les tra­vaux de­vraient du­rer entre trois et quatre mois.

Dans le lo­cal de l’as­so­cia­tion, bé­né­voles et re­pré­sen­tants des mé­cènes ont ap­plau­di plu­sieurs fois la « té­na­ci­té » de l’as­so­cia­tion. « Ce sont huit ans de com­bat, d’achar­ne­ment », sou­ligne Ga­briel Ma­quin, re­pré­sen­tant de VVA et du Con­seil dé­par­te­men­tal de l’Al­lier, qui par­ti­cipent pour 20.000 € cha­cun aux tra­vaux. « Mais c’est pour une va­leur sûre, au­tant pour la mé­moire que pour le bâ­ti. »

Suite des tra­vaux en 2017 ?

La mai­son na­tale d’Al­bert Londres avait ef­fec­ti­ve­ment be­soin d’un bon ra­fraî­chis­se­ment. Voire plus. Pour De­nis Met­zen, tailleur de pierres, elle

pré­sente « en conden­sé, toutes les pro­blé­ma­tiques de la res­tau­ra­tion : des pierres à chan­ger, qui se dé­litent, cas­sées, fis­su­rées… » La char­pente est aus­si en souf­france, de même que la toi­ture.

Mais ces tra­vaux – pour le mo­ment uni­que­ment toit, char­pente et pierres sur la par­tie haute – de­vraient per­mettre à la mai­son de re­trou­ver son as­pect d’an­tan. Des ar­doises vont rem­pla­cer le toit ac­tuel par exemple : « Nous avons tra­vaillé sur des pho­tos d’époques ex­plique l’ar­chi­tecte Pier­reMi­chel Riaux. Nous vou­lons re­faire à l’iden­tique. » Pour lui, la dif­fi­cul­té n’était pas tant tech­nique… qu’ad­mi­nis­tra­tive. De le­vées de fonds en le­vées de fonds, il a fal­lu ajus­ter les tra­vaux, re­tra­vailler les bud­gets, tout en fai­sant ap­pel à des spé­cia­listes de la res­tau­ra­tion de bâ­ti­ments an­ciens.

Et le bud­get n’est pas bou­clé. Il manque 60.000 € pour en­ta­mer les tra­vaux sur la fa­çade. Ma­rie de Co­lom­bel croise les doigts et es­père pou­voir lan­cer les tra­vaux en mars, avec un sur­saut des do­na­teurs pri­vés. « Ce­la fait trente ans qu’ils en­tendent par­ler de la mai­son d’Al­bert Londres, ils se disent : “ils ne vont pas y ar­ri­ver”, alors il faut re­don­ner confiance. » Une confiance qui pren­dra la forme d’un écha­fau­dage, cou­rant­jan­vier, rue Besse. Pour com­men­cer. ■

AL­BERT LONDRES. Bé­né­voles, mé­cènes et en­tre­prises de­vant le 2, rue Besse. L’écha­fau­dage ar­ri­ve­ra mi-jan­vier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.