Les Bleus, une fi­nale et une voie royale

En 2016, mal­gré les han­di­caps et les pièges, la France s’est his­sée en fi­nale de son Euro et s’est idéa­le­ment pla­cée en tête de sa poule en éli­mi­na­toires du Mon­dial 2018 en Rus­sie.

La Montagne (Vichy) - - Sports Rétro 2016 -

L’an­née 2016 des Bleus de Di­dier Des­champs fut d’une folle in­ten­si­té. De l’aven­ture bleue au ro­man russe, bi­lan et pers­pec­tives.

Une équipe est née. Af­faire Ben­ze­ma, ac­cu­sa­tions de ra­cisme, for­faits en cas­cade, qui pou­vait craindre pire pré­pa­ra­tion pour Di­dier Des­champs avant l’Euro ? Contre vents et ma­rées, son équipe de France est pour­tant par­ve­nue à at­teindre la fi­nale à la mai­son.

Le sé­lec­tion­neur gar­de­ra bien sûr long­temps en tête ce mau­dit po­teau qui a ren­voyé le tir d’An­dré­Pierre Gi­gnac face au Por­tu­gal. Et cette dé­faite (1­0 a.p), la seule des Bleus en 2016, est la plus cruelle. Mais une équipe est née, et a re­trou­vé le sou­tien du pu­blic grâce à son in­croyable par­cours.

« Une fi­nale c’est quelque chose de fa­bu­leux mais on est pas­sé à cô­té de quelque chose d’ex­tra­or­di­naire » a ré­su­mé Di­dier Des­champs.

Un lea­der nom­mé Griez­mann. L’Euro a per­mis de consa­crer un joueur­phare chez les Bleus. Avec ses six réa­li­sa­tions en sept matchs, An­toine Griez­mann a ter­mi­né meilleur bu­teur de la com­pé­ti­tion et été élu meilleur joueur du tour­noi.

Pour l’at­tri­bu­tion du Bal­lon d’Or, l’at­ta­quant de l’At­le­ti­co Ma­drid n’a bien sûr pas pu ri­va­li­ser avec la ve­dette por­tu­gaise Cris­tia­no Ro­nal­do, qui l’avait bat­tu aus­si bien en fi­nale de l’Euro qu’en Ligue des cham­pions.

Mais « Gri­zou » n’a que 25 ans et il a pris date. « Il bous­cule un peu la hié­rar­chie. Il est très per­for­mant de­puis deux ans, c’est dé­jà une très belle réus­site per­son­nelle et collective », l’a fé­li­ci­té Des­champs.

La qua­li­fi­ca­tion en bonne voie. Fi­na­liste de l’Euro, l’équipe de France a com­men­cé ses qua­li­fi­ca­tions pour le Mon­dial 2018 par une contre­per­for­mance au Bé­la­rus (0­0). Mais elle s’est vite re­mise sur de bons rails, grâce

no­tam­ment à ses vic­toires au Pays­Bas (1­0) et contre la Suède au Stade de France (2­1), ses deux prin­ci­paux ri­vaux. Les Bleus sont en tête du groupe A avec 10 points, contre 7 pour les Néer­lan­dais et les Sué­dois.

Et la route est dé­ga­gée avec une pre­mière sor­tie en 2017 au Luxem­bourg, qui de­vrait être une simple for­ma­li­té, le 25 mars, avant les cinq der­nières ren­contres.

PRO­BLÈMES DE RICHES

Gi­roud ou bien Ga­mei­ro ? Qui doit ac­com­pa­gner Griez­mann en at­taque pour for­mer la « 2G » pour la suite des qua­li­fi­ca­tions ? Son com­père de l’At­le­ti­co Ke­vin Ga­mei­ro ou Oli­vier Gi­roud ?

Le lon­gi­ligne at­ta­quant d’Ar­se­nal a en­core une lon­gueur d’avance dans l’es­prit de Des­champs, grâce à l’ex­pé­rience réus­sie de l’Euro où ses dé­via­tions et re­mises de la tête ont sou­vent été pré­cieuses. Mais il tra­verse une pé­riode dif­fi­cile, re­lé­gué sur le banc dans son club de Londres. Et pen­dant ce temps, Ga­mei­ro af­fiche jour après jour sa com­pli­ci­té avec « Gri­zou » en Es­pagne.

L’éter­nel pro­blème des la­té­raux. C’est un poste qui a sou­vent po­sé pro­blème aux Bleus ces der­nières an­nées. Di­dier Des­champs comp­tait sur la jeune gé­né­ra­tion pour ré­gler définitivement la ques­tion. Brillant avec Mo­na­co, Dji­bril Si­di­bé semble pour l’ins­tant en­core un peu tendre en Bleu. Il va de­voir pro­fi­ter des éli­mi­na­toires pour mon­ter en puis­sance.

À gauche, Lay­vin Kur­za­wa est em­bê­té par une pu­bal­gie et était for­fait lors du der­nier ras­sem­ble­ment. Au lieu de faire confiance au Bar­ce­lo­nais Lu­cas Digne, Des­champs a pré­fé­ré rap­pe­ler un re­ve­nant, Pa­trice Evra et ses 35 ans, mais ce n’était que ponc­tuel a­t­il as­su­ré sur RMC.

L’im­pos­sible style Des­champs ? Le re­proche agace un peu le sé­lec­tion­neur. Ses Bleus n’ont pas vrai­ment de style, pas comme les Es­pa­gnols ou les Al­le­mands. Prag­ma­tique avant tout, Des­champs avait juste concé­dé après le der­nier match de l’an­née contre la Côte d’Ivoire (0­0 en ami­cal) « une marge de pro­gres­sion », pour « mieux maî­tri­ser » face « à des ad­ver­saires de

plus en plus re­grou­pés », compte te­nu du sta­tut de l’équipe de France.

Pour le reste, les ré­sul­tats en 2016 parlent pour lui. « Si toutes les an­nées sont comme ça, je les prends. Ce­la au­rait pu et au­rait dû être une très belle an­née, la seule dé­faite qu’on a, c’est celle qui au­rait pu nous don­ner un titre ». En fi­nale de l’Euro. ■

VIC­TOIRE. Au cours de son Euro, l’équipe de France s’est ré­con­ci­liée avec son pu­blic, comme ici à Mar­seille après la de­mi-fi­nale vic­to­rieuse face à l’Al­le­magne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.