Les deux courbes

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités - BRU­NO MÈGE bru­no.mege@cen­tre­france.com

L’épi­sode a un pe­tit cô­té farce, mais il n’est pas sûr que cette farce­là fasse rire Fran­çois Hol­lande. Ain­si donc, la courbe du chô­mage semble avoir vrai­ment com­men­cé à s’in­ver­ser, même s’il faut res­ter pru­dent pour les mois à ve­nir. Et bien sûr, il s’est trou­vé un jour­na­liste fa­cé­tieux pour de­man­der au pré­sident, hier, s’il n’avait pas je­té l’éponge trop tôt dans la course à l’Ély­sée, puisque ce re­tour­ne­ment de ten­dance était le cri­tère qu’il avait lui­même choi­si, na­guère, pour dire « stop » ou « en­core ».

La ré­ponse de Fran­çois Hol­lande, sous forme d’ha­bile es­quive (« c’est la sa­tis­fac­tion du tra­vail en­ga­gé »), s’est dou­blée de ce qui a pa­ru être un en­cou­ra­ge­ment au fu­tur vain­queur de la primaire (« on ver­ra au mois de mai, on n’a pas en­core dit notre der­nier mot »). Or il est dou­teux que le pré­sident, même s’il ne s’en mê­le­ra pas ou­ver­te­ment, sou­haite la victoire de Mon­te­bourg ou de Ha­mon en jan­vier…

Ce­la dit, les der­niers fi­dèles de Hol­lande – qui a re­pris quelques points de po­pu­la­ri­té rien qu’en an­non­çant qu’il ne re­ pré­sen­te­rait pas – ne doivent pas nour­rir de re­grets. Tout au­tant que la courbe du chô­mage, c’est la courbe des son­dages pour la pré­si­den­tielle – en in­ten­tions de vote – qui a dé­ci­dé le pré­sident sor­tant à dé­cla­rer for­fait, à son grand re­gret sans doute. Qu’il existe un rap­port entre ces deux courbes est une évi­dence, mais ce­la n’ex­plique pas tout. À gauche, il y avait – et il ya – d’autres griefs en­vers Fran­çois Hol­lande que la seule ques­tion du chô­mage, comme en ont té­moi­gné les cor­tèges an­ti­loi El Khom­ry. Ob­ser­vons au pas­sage que les chiffres d’hier doivent cer­tai­ne­ment quelque chose au plan « 500.000 for­ma­tions », qui per­met de sor­tir ses bé­né­fi­ciaires des listes de Pôle Em­ploi.

En consi­dé­rant le fu­tur proche, la baisse confir­mée du nombre de chô­meurs est plu­tôt une bonne nou­velle pour Ma­nuel Valls. L’ex­Pre­mier mi­nistre sait bien en ef­fet qu’il est comp­table du bi­lan du quin­quen­nat et qu’il se­ra aus­si ju­gé à cette aune, quoi qu’il en dise et qu’il fasse. Ce ne sont pas des acro­ba­ties pé­rilleuses à base de renoncement au 49.3 qui y chan­ge­ront quelque chose.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.