Geste his­to­rique et ré­con­ci­lia­tion pour Oba­ma et Abe à Pearl Har­bor

Soixante­quinze ans après l’at­taque, les États­Unis et le Ja­pon ré­af­firment leur al­liance en pen­sant à la Chine et à Trump.

La Montagne (Vichy) - - La Une -

Trois quarts de siècle après l’at­taque de Pearl Har­bor, Shin­zo Abe et Ba­rack Oba­ma ont ren­du hom­mage aux vic­times de cette of­fen­sive, qui pré­ci­pi­ta l’Amé­rique dans la Se­conde Guerre mon­diale, et fait l’éloge de la ré­con­ci­lia­tion.

Sept mois après leur vi­site com­mune à Hi­ro­shi­ma, pre­mière ville ja­po­naise frap­pée par le feu nu­cléaire, le Pre­mier mi­nistre ja­po­nais et le pré­sident amé­ri­cain ont re­joint mar­di, par ba­teau, le mé­mo­rial USS Ari­zo­na, construit au­des­sus de l’épave rouillée du cui­ras­sé épo­nyme qui fut cou­lé par l’avia­tion nip­ponne le 7 dé­cembre 1941. Pré­pa­rée pen­dant des mois dans le plus grand se­cret, l’at­taque éclair – elle du­ra à peine deux heures – contre la prin­ci­pale base na­vale amé­ri­caine dans le Pa­ci­fique, sur l’ar­chi­pel d’Ha­waï, fit plus de 2.400 morts amé­ri­cains.

Shin­zo Abe n’est pas ve­nu pour s’ex­cu­ser

« Le mes­sage que je veux en­voyer au monde, ici, à Pearl Har­bor, avec le pré­

sident Ba­rack Oba­ma, est ce­lui du pou­voir de la ré­con­ci­lia­tion », a dé­cla­ré Shin­zo Abe dans un dis­cours char­gé d’émo­tion. « En tant que na­tions et peuples, nous ne pou­vons choi­sir l’his­toire dont nous hé­ri­tons mais nous pou­vons choi­sir les le­çons que nous en ti­rons », a es­ti­mé le pré­sident amé­ri­cain en écho, sou­li­gnant que l’al­liance entre Tokyo et Wa­shing­ton n’avait « ja­mais été aus­si forte ».

C’est la pre­mière fois qu’un Pre­mier mi­nistre ja­po­nais se rend sur le mé­mo­rial USS Ari­zo­na, construit au dé­but des an­nées 1960. Avant Shin­zo Abe, trois chefs de gou­ver­ne­ment ja­po­nais se sont ren­dus à Pearl Har­bor dans les an­nées 1950, dont son grand­père, No­bu­suke Ki­shi, mais au­cun n’avait par­ti­ci­pé à une cé­ré­mo­nie d’hom­mage aux vic­times. Shin­zo Abe n’a pas pré­sen­té d’ex­cuses, mais ex­hor­té à « ne ja­mais ré­pé­ter les hor­reurs de la guerre » et pré­sen­té ses « sin­cères et éter­nelles condo­léances aux âmes de ceux qui ont per­du la vie ici ».

Le Pre­mier mi­nistre ja­ po­nais a évo­qué cette jour­née du 7 dé­cembre 1941 avec émo­tion. « En écou­tant avec toute l’at­ten­tion pos­sible, avec en toile de fond le chant de la brise et le gron­de­ment des vagues, je peux presque dis­cer­ner les voix de ces ma­rins, a­t­il dé­cla­ré. Des voix de conver­sa­tions ani­mées, joyeuses, d’un di­manche ma­tin. Des voix de jeunes sol­dats qui évoquent entre eux leurs rêves. Des voix qui ap­pellent les êtres ai­més dans leurs der­niers mo­ments. Des voix qui prient pour le bon­heur d’en­fants pas en­core nés. »

Mise en garde d’Oba­ma

Évo­quant le che­min par­cou­ru en 75 ans entre les deux an­ciens pays en­ne­mis, Ba­rack Oba­ma a mis en garde contre les pé­rilleux en­gre­nages guer­riers. « Nous de­vons ré­sis­ter à la ten­ta­tion de dia­bo­li­ser ceux qui sont dif­fé­rents », a lan­cé le pré­sident amé­ri­cain. Se tour­nant vers le di­ri­geant ja­po­nais, il a dit son es­poir d’en­voyer un mes­sage au monde qu’il y a « plus à ga­gner à la paix qu’à la guerre ». ■

PHO­TO AFP

ABE ET OBA­MA. L’al­liance entre Tokyo et Wa­shing­ton n’a « ja­mais été aus­si forte », se­lon le pré­sident amé­ri­cain.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.