Près de 4,5 mil­lions de sa­la­riés ap­pe­lés à vo­ter

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

À par­tir de ven­dre­di, près de 4,5 mil­lions de sa­la­riés des en­tre­prises de moins de 11 per­sonnes ou em­ployés à do­mi­cile sont ap­pe­lés à choi­sir un syn­di­cat pour les conseiller et les dé­fendre pour les quatre pro­chaines an­nées.

Coif­feurs, se­cré­taires mé­di­cales, jar­di­niers, as­sis­tantes ma­ter­nelles, sa­la­riés du com­merce de proxi­mi­té et de l’artisanat… toutes les pro­fes­sions sont concer­nées par ces élec­tions pro­fes­sion­nelles, ou­vertes aux plus de 16 ans, dont les ap­pren­tis, quelles que soient leur na­tio­na­li­té et la na­ture de leur contrat.

Re­por­tées de quelques se­maines en rai­son d’un bras de fer ju­ri­dique entre la CGT et le Syn­di­cat des tra­vailleurs corses (STC), ces élec­tions avaient été bou­dées lors de la pré­cé­dente cam­pagne, en 2012. Seule­ment 10,38 % sa­la­riés des TPE y avaient par­ti­ci­pé. Or l’en­jeu est de taille.

La CFDT am­bi­tieuse

Ce vote, sur sigle, per­met­tra de dé­si­gner les re­pré­sen­tants syn­di­caux dans les fu­tures com­mis­sions pa­ri­taires ré­gio­nales (CPRI). Lan­cées en juillet 2017 dans chaque ré­gion, ces ins­tances pa­ri­taires vont re­pré­sen­ter, dé­fendre et conseiller les sa­la­riés, ain­si que les en­tre­pre­neurs.

Le ré­sul­tat du scru­tin se­ra éga­le­ment uti­li­sé pour dé­si­gner les conseillers prud’ho­maux, qui étaient jus­qu’à pré­sent élus au suf­frage di­rect. En­fin, il par­ti­ci­pe­ra au cal­cul de la re­pré­sen­ta­ti­vi­té (plus de 8 % de l’au­dience) des grands syn­di­cats na­tio­naux, ac­tuel­le­ment au nombre de cinq (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFECGC), qui se­ra dé­voi­lé en mars 2017. La CFDT es­père pas­ser de­vant la CGT, ce qui se­rait une pre­mière.

30 syn­di­cats en lice

Ce vote va se dé­rou­ler jus­qu’au 13 jan­vier (20 jan­vier pour l’Ou­tre­mer) par voie élec­tro­nique ou par cour­rier. Les ré­sul­tats se­ront pu­bliés à par­tir du 3 fé­vrier. Une tren­taine d’or­ga­ni­sa­tions syn­di­cales na­tio­nales, in­ter­ré­gio­nales ou ré­gio­nales y par­ti­cipent.

En 2012, les sec­teurs à fort po­ten­tiel de vote comme les par­ti­cu­lier­sem­ployeurs, la res­tau­ra­tion­hô­tel­le­rie, le bâ­ti­ment, le com­merce de dé­tail, les ser­vices au­to­mo­biles ou les em­ployés mé­di­caux et pa­ra­mé­di­caux – soit plus de deux mil­lions de per­sonnes – ont peu vo­té, de même que les sa­la­riés fran­ci­liens.

Pour sen­si­bi­li­ser ces em­ployés, les or­ga­ni­sa­tions syn­di­cales ont sillon­né la France et bat­tu la cam­pagne de­puis quelques mois, avec porte­à­porte, réunions, dis­tri­bu­tion de tracts ou ap­pels té­lé­pho­niques. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.