La ca­vale d’Am­ri se pré­cise

La po­lice al­le­mande a ar­rê­té un con­tact tu­ni­sien d’Anis Am­ri, l’au­teur pré­su­mé de l’at­ten­tat au ca­mion-bé­lier à Ber­lin dont le scé­na­rio de fuite reste à pré­ci­ser.

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

Tué ven­dre­di à Mi­lan par des po­li­ciers ita­liens après trois jours de ca­vale, Anis Am­ri « avait sau­ve­gar­dé dans son té­lé­phone mo­bile » le nu­mé­ro d’un com­pa­triote de 40 ans, dont le par­quet fé­dé­ral al­le­mand a an­non­cé hier l’in­ter­pel­la­tion.

« Les in­ves­ti­ga­tions laissent pen­ser que cet homme pour­rait être lié à l’at­ten­tat », in­dique le par­quet fé­dé­ral. Res­tant pru­dent, le par­quet sou­ligne qu’« il reste à éta­blir si ces soup­çons (ini­tiaux) sont confir­més par l’en­quête », et se ré­serve dès lors les pro­chaines 24 heures avant de de­man­der ou non le pla­ce­ment en dé­ten­tion pro­vi­soire du sus­pect.

Aux Pays-Bas

Une per­qui­si­tion a, par ailleurs, eu lieu au do­mi­cile du res­sor­tis­sant tu­ni­sien et dans son com­merce, alors que la po­lice al­le­mande concentre ses ef­forts sur la re­cherche d’éven­tuels com­plices d’Anis Am­ri.

Près de dix jours après l’at­ten­tat re­ven­di­qué par l’or­ga­ni­sa­tion État is­la­mique, les en­quê­teurs cherchent à com­prendre com­ment l’as­saillant pré­su­mé a pu fuir au nez et à la barbe de toutes les po­lices

du pays et d’Eu­rope.

Le scé­na­rio de ses trois jours de ca­vale s’est pré­ci­sé hier : le Tu­ni­sien de 24 ans a tran­si­té en car par les Pays­Bas avant de pas­ser par la France pour arriver en Ita­lie. Il au­rait voya­gé dans la nuit du 21 au 22 dé­cembre par car de la gare rou­tière de Ni­mègue, ville des Pays­Bas près de la fron­tière avec l’Al­le­magne, jus­qu’à la gare fer­ro­viaire de LyonPart­Dieu.

Anis Am­ri a en­suite été re­pé­ré par les ca­mé­ras de vi­déo­sur­veillance le 22 dé­cembre à Lyon­PartDieu. Puis, il a ga­gné par train Cham­bé­ry et en­fin Mi­lan, dans le nord de l’Ita­lie, où il été tué dans la nuit du 22 au 23 dé­cembre lors d’un contrôle po­li­cier de rou­tine, après plus de trois jours de chasse à l’homme.

Des billets de train pour un tra­jet Lyon­Cham­bé­ryMi­lan via Tu­rin, ré­glés en li­quide, ont été re­trou­vés sur lui. Mais l’en­quête doit en­core éclair­cir de nom­breux points, à com­men­cer par l’exis­tence d’un éven­tuel ré­seau de sou­tien dans la pré­pa­ra­tion de l’at­taque au ca­mion vo­lé, puis pour fa­vo­ri­ser la fuite du jeune Tu­ni­sien. Au­cune in­for­ma­tion n’a pour l’heure fui­té sur le par­cours d’Am­ri en Al­le­magne après l’at­taque, ni sur la fa­çon dont il s’est vo­la­ti­li­sé des lieux de l’at­ten­tat, une place très tou­ris­tique de l’ouest de Ber­lin.

Ci­tant des « sources gou­ver­ne­men­tales », plu­sieurs mé­dias al­le­mands ont af­fir­mé, hier soir, que le ca­mion avait été stop­pé par un sys­tème de frei­nage au­to­ma­tique ré­agis­sant aux chocs, met­tant fin à sa course mor­telle après 70 à 80 mètres.

PHO­TO AFP

EN BUS. Am­ri a quit­té les Pays-Bas pour Lyon.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.