Tout le bon­heur du monde !

La Montagne (Vichy) - - Temps Libre - Matthieu Per­ri­naud matthieu.per­ri­naud@cen­tre­france.com

Chaque an­née, c’est l’un des beaux pla­teaux de mu­sique tra­di­tion­nel d’Eu­rope. Le fes­ti­val Cultures du monde re­met­tra le cou­vert pour une 44e édi­tion for­cé­ment pas­sion­nante, fin juillet.

Quoi de neuf sous le so­leil des Cultures du monde ? Jean Roche sou­rit. « C’est qu’on existe en­core. On peut en­core par­ler d’un fes­ti­val 2017 ! » Sous la hou­lette sou­riante de son créa­teur et pré­sident, l’as­so­cia­tion gan­na­toise or­ga­ni­se­ra, du 21 au 30 juillet, la 44e édi­tion du fes­ti­val épo­nyme, à Gan­nat. Une prouesse, qui ne tient qu’à un fil.

« Il y a beau­coup d’in­cer­ti­tudes, les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales ont pris un re­tard im­por­tant et, à ce jour, nous n’avons pas en­core les dé­li­bé­ra­tions pour les sub­ven­tions du Dé­par­te­ment et de la Ré­gion. »

« Le fes­ti­val est dans les coeurs »

Pas de pa­nique pour au­tant. « On est sou­te­nu, on le sait. D’ailleurs, pour la pre­mière fois, nous avons si­gné un par­te­na­riat avec Vi­chy Com­mu­nau­té. Et puis le fes­ti­val est dans les coeurs, même s’il n’est pas for­cé­ment dans les porte­mon­naie… »

Un ren­dez­vous ins­crit en lettres ca­pi­tales dans les agen­das es­ti­vaux, par­de­là les fron­tières. « Mais

c’est aus­si une ac­ti­vi­té an­nuelle de va­lo­ri­sa­tion de la culture, pour­suit Jean Roche. Sans tout ça, sans les 500 bé­né­voles, ça n’exis­te­rait pas. »

La re­cette du suc­cès, se­lon le créa­teur, « c’est quatre ingrédients prin­ci­paux : l’or­ga­ni­sa­tion, des groupes de qua­li­té, la po­pu­la­tion et le pu­blic de fes­ti­va­liers. Nous te­nons ab­so­lu­ment à ce croi­se­ment entre ces quatre fa­milles, pour créer une am­biance. »

Mais l’as­sai­son­ne­ment change, lui, au gré des ins­pi­ra­tions. « Le pre­mier jour, le ven­dre­di soir, nous al­lons mettre l’ac­cent sur la jeu­nesse, pour mon­trer que le re­nou­vel­le­ment est là, dé­taille Em­ma­nuel Fosse, di­rec­teur du fes­ti­val. En­suite, cô­té nou­veau­té,

nous avons dé­ci­dé de pro­po­ser des pe­tits spec­tacles avant le re­pas, et des grands après, pour que le pu­blic puisse faire sa soi­rée à la carte. »

Sous le signe de la Co­lom­bie

Une an­née pla­cée sous le signe de la Co­lom­bie, qui met­tra éga­le­ment dans la lu­mière quatre ex­pres­sions cultu­relles ins­crites au pa­tri­moine im­ma­té­riel de l’Unes­co : les masques de Bul­ga­rie, la ma­rim­ba de Co­lom­bie, la ma­loya de la Réunion et le Fest­Noz bre­ton.

Avec « un grand Fest­Noz in­ter­na­tio­nal » le mer­cre­di soir, le len­de­main d’une jour­née la­ti­no, et la veille d’une thé­ma­tique au­tour des ra­cines au­ver­gnates

du fes­ti­val. Sans ou­blier le car­na­val, le 29.

Im­pos­sible d’être ex­haus­tif, ce­pen­dant. Pen­dant 10 jours, fête et mu­sique ne dorment pas. Avec les ate­liers, les soi­rées à la salle so­cio­cul­tu­relle, les concerts à l’église… Tout un ter­ri­toire ir­ri­gué par le coeur du fes­ti­val : le champ de foire.

« Chaque an­née, ce lieu de­vient tel­lu­rique, ter­mine Jean Roche. Avant, les gens se voyaient tous les mois à la foire. Dé­sor­mais, c’est tous les ans au fes­ti­val. » ■

PHO­TO DO­MI­NIQUE PARAT

PAS­SION­NÉS. Jean Roche et Em­ma­nuel Fosse, pré­sident et di­rec­teur de l’as­so­cia­tion Cultures et tra­di­tions, or­ga­ni­sa­trice du fes­ti­val Cultures du monde de­puis plus de 40 ans.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.