EN CAM­PAGNE

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

HA­MON FUS­TIGE LE MO­RA­TOIRE.

Be­noît Ha­mon, can­di­dat PS aux élec­tions lé­gis­la­tives dans les Yve­lines, s’est dit op­po­sé au « mo­ra­toire sur le compte pé­ni­bi­li­té », dé­ci­dé par le gou­ver­ne­ment pour sa­tis­faire se­lon lui le pa­tro­nat. « Le mo­ra­toire sur le compte pé­ni­bi­li­té, voi­là le vrai gou­ver­ne­ment ! », a dé­non­cé l’ex-can­di­dat à l’élec­tion pré­si­den­tielle. ■

MÉ­LEN­CHON « HORS-SOL ».

Pa­trick Men­nuc­ci, dé­pu­té PS sor­tant de la 4e cir­cons­crip­tion des Bouches-du-Rhône, a as­su­ré sur LCI qu’il al­lait « ren­voyer chez lui » Jean-Luc Mé­len­chon qui se pré­sente face à lui aux élec­tions lé­gis­la­tives. « À Bruxelles, dans l’Es­sonne, je n’en sais rien », a-t-il pro­mis, en ré­fu­tant l’idée avan­cée par le lea­der de la France in­sou­mise. « C’est ef­frayant cette idée de dé­pu­té com­plè­te­ment hors sol », a-t-il in­sis­té. ■

EU­RO : « ON N’A PAS ÉTÉ CLAIR ».

Flo­rian Phi­lip­pot, vice-pré­sident du Front na­tio­nal, a es­ti­mé que son par­ti n’avait « pas été clair » sur la sor­tie de l’eu­ro pen­dant l’élec­tion pré­si­den­tielle. « Je pense que la der­nière se­maine de l’entre-deux-tours, nous n’avons pas été clairs col­lec­ti­ve­ment sur le su­jet », a dé­cla­ré Flo­rian Phi­lip­pot. Dans son ac­cord avec Ni­co­las Du­pont-Ai­gnan dans l’entre-deux-tours, Ma­rine Le Pen avait af­fir­mé que « la tran­si­tion de la mon­naie unique à la mon­naie com­mune eu­ro­péenne n’est pas un préa­lable à toute po­li­tique éco­no­mique ». Une po­si­tion ré­fu­tée par le nu­mé­ro 2 du FN. ■

CAM­BA­DÉ­LIS TACLE HA­MON.

Le Pre­mier se­cré­taire du PS Jean-Ch­ris­tophe Cam- ba­dé­lis a es­ti­mé, hier, qu’il n’était « pas ac­cep­table » que Be­noît Ha­mon sou­tienne la mi­li­tante fé­mi­niste Ca­ro­line De Haas face à My­riam EL Khom­ri, qui a été in­ves­tie par le PS dans la 18e cir­cons­crip­tion de Pa­ris. In­ter­ro­gé sur le cas par­ti­cu­lier d’El Khom­ri, Ha­mon a sou­li­gné que celle-ci se ré­cla­mait de la « ma­jo­ri­té pré­si­den­tielle », ce qui n’est pas la ligne du par­ti. ■

MEN­SONGE ÉTON­NANT.

Can­di­dat aux lé­gis­la­tives contre Ch­ris­tophe Cas­ta­ner, le pré­sident de la fé­dé­ra­tion LR des Alpes-deHaute-Pro­vence, Sé­bas­tien Gi­net, voit ses sou­tiens le lâ­cher les uns après les autres de­puis quelques jours. En cause : un gros men­songe, le pré­ten­du dé­cès de sa mère (!), pour ex­cu­ser un re­tard à un ren­dez-vous avec des jour­na­listes. ■

« JE SUIS LE CAN­DI­DAT DE MA­RINE ».

« Je suis le can­di­dat lé­gi­time » du Front na­tio­nal, a mar­te­lé, hier, Jean-Lin La­ca­pelle, in­ves­ti par le par­ti dans la 12e cir­cons­crip­tion des Bouches-du-Rhône – qui com­prend des villes em­blé­ma­tiques pour l’ex­trême droite comme Vi­trolles et Ma­ri­gnane –, où une can­di­da­ture pa­ral­lèle est sou­te­nue par Jean-Ma­rie Le Pen. ■

LO­GE­MENT IN­SA­LUBRE.

Ac­cu­sée d’avoir loué à « un ta­rif exor­bi­tant » un ap­par­te­ment dans un im­meuble in­sa­lubre, Vé­ro­nique Avril, can­di­date LREM aux élec­tions lé­gis­la­tives à Saint-De­nis, s’est dé­fen­due, hier, d’être « un mar­chand de som­meil » tout en ad­met­tant « avoir fait une er­reur ». « L’er­reur que j’ai faite, c’est de croire le syn­dic qui m’avait af­fir­mé que l’ar­rê­té de pé­ril im­mi­nent al­lait être le­vé ». Le loyer ? « Il a été fixé en fonc­tion des prix du mar­ché ». La su­roc­cu­pa­tion ? « Nous avons si­gné le bail avec une per­sonne, qui a en­suite fait ve­nir sa fa­mille, ré­pond-elle. Je n’ai ja­mais été pour­sui­vie ». ■

COR­BIÈRE ET LA MO­RA­LI­SA­TION.

Alexis Cor­bière, porte-pa­role de la France in­sou­mise (LFI), a fait sa­voir, hier, qu’il pour­rait être fa­vo­rable à la fu­ture loi de mo­ra­li­sa­tion si elle com­porte « le droit de ré­vo­quer des élus », me­sure du pro­gramme pré­si­den­tiel de Jean-Luc Mé­len­chon. ■

SOUS LA BAN­NIÈRE DE LREM.

La Ré­pu­blique en marche pré­sen­te­ra au fi­nal 529 can­di­dats aux lé­gis­la­tives, dont 75 ap­par­tiennent au MoDem, se­lon un der­nier dé­compte du par­ti pu­blié hier. Pour l’heure, 48 cir­cons­crip­tions, dont 16 en Outre-mer, ont été lais­sées libres, la plu­part en rai­son de « gestes po­li­tiques », se­lon le par­ti pré­si­den­tiel. Des per­son­na­li­tés de droite (Franck Ries­ter, Thier­ry So­lère), de gauche (Ma­ri­sol Tou­raine, Sté­phane Le Foll, Syl­via Pi­nel) et des al­liés cen­tristes (Yves Jé­go, Phi­lippe Fol­liot), ou leurs proches, n’au­ront ain­si pas d’ad­ver­saire de LREM à af­fron­ter. ■

FER­RAND IN­VI­TÉ AU DέNER.

Ri­chard Fer­rand de­vait être pré­sent, hier soir, au « dî­ner ré­pu­bli­cain » or­ga­ni­sé par le pré­sident Ma­cron à Vannes (Mor­bi­han). ■

AR­RÊT MA­LA­DIE ?

Jean-Pierre Co­lin, can­di­dat aux lé­gis­la­tives dans la 7e cir­cons­crip­tion du Var sous l’éti­quette de « la droite et du centre », a dé­po­sé plainte, lun­di, contre la can­di­date de la Ré­pu­blique en marche (LREM), Émilie Gue­rel, pour « es­cro­que­rie et fraude à la Sé­cu­ri­té so­ciale ». « Elle se se­rait mise en ar­rêt ma­la­die pour pou­voir faire cam­pagne, d’abord lors de la pré­si­den­tielle et en­suite pour sa propre cam­pagne lé­gis­la­tive », se­lon lui. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.