« Da­mian ? Il joue comme en mi­nimes »

La Montagne (Vichy) - - Tsop P O1rt4s Rfiungabley - Twit­ter : @Ben­ja­min­Pom­mier

Des équipes de jeunes de Ma­le­mort à celles du CABCL jus­qu’à l’ASM et le XV de France, Da­mian Pe­naud connaît une as­cen­sion ful­gu­rante. Scru­tée de très, très près à Brive, sur­tout par ses potes d’en­fance.

S’il est bien un en­droit de la pla­nète ovale où l’on suit, scrute et ob­serve le moindre geste de Da­mian Pe­naud, c’est bien au coeur de la Ci­té gaillarde.

Lorsque le Bri­viste de nais­sance en­file la tu­nique cler­mon­toise, les bars de la ville se re­trouvent alors pris d’as­sauts. Et cha­cun s’amuse à se rap­pe­ler au bon sou­ve­nir de l’époque cor­ré­zienne du ga­min. Sur­tout du cô­té du Post Ca­fé, qui a, au­tre­fois, ap­par­te­nu à un cer­tain Alain Pe­naud.

« Il fait un peu le ca­nard main­te­nant »

Sa­me­di der­nier, la de­mi­fi­nale de l’ASM face au Ra­cing n’a évi­dem­ment pas échap­pé à cette règle. Comme ce­la avait dé­jà été le cas pour la fi­nale de Coupe d’Eu­rope contre les Saracens. Des an­ciens par­te­naires du CAB, des potes d’en­fance, des co­équi­piers à l’ASM, tous aiment se re­trou­ver au­tour d’une cho­pine hou­blon­née pour conver­ser. Et se rendre compte du che­min par­cou­ru. « Moi, je joue main­te­nant en Fé­dé­rale et lui, en équipe de France », se mar­rait sa­me­di der­nier Hu­go.

D’autres sont tou­jours en contact avec le trois­quarts centre cler­mon­tois et conti­nuent ré­gu­liè­re­ment de se voir lorsque Pe­naud re­des­cend en terres bri­vistes.

« Nous étions en­semble une se­maine avant la fi­nale de Coupe d’Eu­rope, glisse Tom Lang qui a pas­sé six sai­sons avec lui, entre Ma­le­mort et Brive. Avec les potes, on aime bien le cham­brer parce que main­te­nant qu’il est avec sa co­pine, il fait un peu le ca­nard. Il reste moins avec nous en soi­rée

(rires )». « On a dé­bu­té en Ben­ja­mins en­semble avant de se re­trou­ver en ca­dets. On est des potes d’en­fance, ra­conte Da­vid De­la­rue, son an­cien par­te­naire à la char­nière des ca­dets du club. On s’écrit sou­vent et dès qu’il rentre à Brive, on se voit et on re­fait le monde. Comme avant quoi ».

Un sen­ti­ment de sim­pli­ci­té par­ta­gé par l’an­cien ai­lier du CAB, dé­sor­mais par­ti à Li­moges, Théo Lo­pez.

« Avec Da­mian, on a aus­si joué en­semble à Ma­le­mort. Alain avait aus­si été mon coach avec l’équipe pre­mière donc nous avons un lien par­ti­cu­lier. Cette sai­son, il est tel­le­ment fa­cile sur le ter­rain. Pour­tant, quand il fal­lait al­ler à la mus­cu à l’époque, il al­lait bien moins vite. Il di­sait plus de conne­ries qu’il ne pous­sait de barres », se marre Théo Lo­pez.

Son en­traî­neur en ca­dets Mi­chel Rey­nier dé­borde, lui, d’anec­dotes crous­tillantes pour dé­crire l’as­pect un poil je­m’en­fou­tiste de l’ado. « Il n’aimait pas le cô­té fas­ti­dieux de l’en­traî­ne­ment. Lui, il vou­lait jouer en­core et en­core. La tac­tique, la mus­cu, ça l’em­mer­dait. Je l’ai vi­ré un pa­quet de fois des en­traî­ne­ments en ap­pe­lant sa mère pour qu’elle vienne le cher­cher ».

De­puis, le pe­tit Pe­naud est de­ve­nu grand. Très grand. Jus­qu’à pous­ser les portes de l’équipe de France et par­ti­ci­per à la tour­née du XV tri­co­lore en Afrique du Sud, dans quinze jours. Ré­cent cham­pion de France Es­poirs avec Per­pi­gnan, Alexandre La­garde a, lui, pous­sé les portes de France 7 et ré­gale le cir­cuit mon­dial. Co­équi­pier de Da­mian Pe­naud au CAB, il a été le té­moin pri­vi­lé­gié de l’ex­plo­sion. « Da­mian ? Il joue comme il le fai­sait quand il était en mi­nimes. Tu as le sen­ti­ment qu’il peut fran­chir et avan­cer quand il le sou­haite ».

Tous ont pré­vu, en tout cas, de se re­trou­ver di­manche soir pour re­gar­der la fi­nale. « J’es­père qu’on pour­ra l’ap­pe­ler et qu’il nous mon­tre­ra le Bou­clier di­manche soir », confesse Tom Lang. Ren­dez­vous pris.

« Je l’ai vi­ré un pa­quet de fois des en­traî­ne­ments

PHO­TO DR

SOU­VE­NIRS. Les potes d’en­fance et de rug­by de Da­mian Pe­naud (à gauche) sont tou­jours aus­si proches du joueur de l’ASM, comme ici le Ma­le­mor­tois Tom Lang, à sa droite.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.