À Rennes, une ré­pé­ti­tion avant la Suède

Un match ami­cal sup­plé­men­taire pour être fin prêt en Suède : l’équipe de France af­fronte le Pa­ra­guay à Rennes ce soir (21 heures), pour mon­ter en puis­sance avant le dé­pla­ce­ment du 9 juin à Stock­holm, ca­pi­tal pour s’ap­pro­cher d’une qua­li­fi­ca­tion au Mon­dial

La Montagne (Vichy) - - Sports L'actu Nationale -

Di­dier Des­champs n’a ces­sé de le mar­te­ler : l’unique ob­jec­tif du stage des Bleus, ral­lon­gé d’une se­maine avec ce dé­pla­ce­ment en Bre­tagne, est « d’être per­for­mant » contre les Sué­dois, prin­ci­paux ri­vaux dans la course à la Coupe du monde.

Les Bleus, lea­ders de leur groupe d’éli­mi­na­toires (13 points), de­vant la Suède (10), la Bul­ga­rie (9) et les PaysBas (7), ont en ef­fet l’occasion de s’en­vo­ler au clas­se­ment en cas de suc­cès à la Friends Are­na le 9 juin.

Pour­tant le Pa­ra­guay, 36e na­tion Fi­fa et seule­ment 8e (sur 10) de son groupe de qua­li­fi­ca­tion pour la Coupe du monde, « ce n’est pas le jeu des Sué­dois », a ad­mis Di­dier Des­champs.

Loin du stan­ding de la for­ma­ GAR­DIEN. Be­noît Cos­til, ici aux cô­tés d’Al­phonse Areo­la, pour­rait gar­der les cages de l’équipe de France.

tion que l’équipe de France avait croi­sée lors du Mon­dial 1998 avec no­tam­ment le my­thique gar­dien Jo­sé Luis Chi­la­vert, le Pa­ra­guay reste « quand même une équipe sud­amé­ri­caine qui a tou­jours les mêmes va­leurs, qua­li­tés », a pré­ve­nu

« DD ». Des­champs re­croi­se­ra d’ailleurs sur le banc ad­verse Fran­cis­co Arce, ti­tu­laire comme lui lors du 8e de fi­nale de 1998 res­té dans les mé­moires (1­0 en pro­lon­ga­tion, but de Laurent Blanc).

Hor­mis le po­ly­va­lent dé­fen­ seur cen­tral de Lille Ju­nior Alon­so, ou en­core les at­ta­quants de Co­pen­hague Fe­de­ri­co San­tan­der et du To­ri­no Juan Iturbe, la qua­si ma­jo­ri­té des joueurs pa­ra­guayens évo­luent sur le conti­nent sud­amé­ri­cain.

Au Roaz­hon Park de Rennes, les coéquipiers d’An­toine Griez­mann au­ront éga­le­ment l’occasion de faire pas­ser la dé­faite contre l’Es­pagne, comme un simple ac­croc dans la belle dy­na­mique qui les porte de­puis la fi­nale de l’Eu­ro 2016.

Entre les re­vers contre le Por­tu­gal (1­0, a.p.) et l’Es­pagne (2­0), les Bleus res­taient sur une sé­rie de sept matchs sans dé­faite, dont cinq vic­toires.

Pour en­clen­cher un nou­vel élan, Di­dier Des­champs a convo­qué un groupe élar­gi de 26 élé­ments, qui ne pré­sente tou­te­fois pas un état de forme ho­mo­gène en rai­son d’un ca­len­drier pro­lon­gé pour cer­tains par les fi­nales des coupes na­tio­nales.

Avec un Ra­phaël Va­rane, tou­jours mo­bi­li­sé avec le Real Ma­drid pour la fi­nale de la Ligue des cham­pions de­main à Cardiff, et la pos­si­bi­li­té de voir cer­tains cadres mé­na­gés, plu­sieurs joueurs ont un coup à jouer sur cette ren­contre.

A l’image d’Alexandre La­ca­zette, qui en­tend mettre à pro­fit son re­tour en Bleu de­puis oc­tobre 2015, pour bous­cu­ler la hié­rar­chie des at­ta­quants der­rière Olivier Gi­roud, ou en­core Mous­sa Sis­so­ko, qui vou­dra jus­ti­fier le cré­dit dont il jouit au­près du sé­lec­tion­neur.

Cô­té gar­dien, Be­noît Cos­til peut faire un re­tour triom­phal au Roaz­hon Park, à peine dix jours après son der­nier match sous les cou­leurs ren­naises. ■

État de forme dis­pa­rate pour les Bleus

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.