« Nous, on joue à do­mi­cile »

C’est l’un des clubs de sup­por­ters les plus ac­tifs à l’ASM. Et à chaque fi­nale, ils jouent à do­mi­cile. Les Ar­vernes de Lu­tèce se­ront en­core pré­sents ce soir.

La Montagne (Vichy) - - Top 14 -

Qua­torze heures. C’est le temps qu’il au­ra fal­lu aux Ar­vernes de Lu­tèce pour re­joindre Mar­seille le week­end der­nier. Alors cette fi­nale à la mai­son, ils l’ont bien mé­ri­tée. « De­puis notre créa­tion en 2010, on a fait tous les quarts, les de­mi­fi­nales et les fi­nales de Top 14 et de coupe d’Eu­rope » ex­plique Jean­Pierre Jan­not, ico­nique pré­sident. « Ce soir, nous, on joue à do­mi­cile. »

À chaque fi­nale, son té­lé­phone sonne sans cesse. Dans la Yel­low Ar­my, on le sait : si tu veux un bon plan à Pa­ris, tu ap­pelles Jean­Pierre. « Mais là, c’est plus tran­quille. J’ai eu 249 de­mandes de place. C’est moins que pour un match de la sai­son ré­gu­lière. C’est l’ef­fet week­end de trois jours. »

Lui sait ce qu’il fe­ra ce soir. Ren­dez­vous est don­né avec les sup­por­ters du RCT (voir par

ailleurs) ren­con­trés lors du quart de fi­nale eu­ro­péen, à Cler­mont. « On avait pas­sé un su­per­mo­ment. Alors là, on se re­trouve au Cor­co­rans. Le pub a eu une au­to­ri­sa­tion d’ou­ver­ture jus­qu’à 5 heures. Alors, on y est jus­qu’au pe­tit ma­tin. Mal­heu­reu­se­ment, on n’a pas eu l’au­to­ri­sa­tion pour le boeuf à la broche. » Jean­Pierre ne res­sent pas la ri­va­li­té avec les Tou­lon­nais. « D’ailleurs, on a ac­cep­té l’in­vi­ta­tion de Fa­brice pour al­ler les voir en Top 14 l’an pro­chain. »

Pour les Cler­mon­tois qui montent à Pa­ris, les Ar­vernes de Lu­tèce ont pu­blié pendant la se­maine leurs bons plans pour fê­ter le titre, sur leur page Fa­ce­book. Des lieux « ou­verts chaque jour et très tard le soir, pos­si­bi­li­té de re­pas à toute heure ». Ren­dez­vous est donc don­né aux jau­nards, au Ben­ja­min, 53 rue de Ri­vo­li (mé­tro Cha­te­let) ou à L’Auvergne à Pa­ris, 102 rue Bloo­mer (mé­tro Vau­gi­rard).

Quel que soit le ré­sul­tat ce soir, Jean­Pierre au­ra pas­sé la soi­rée avec « des Tou­lon­nais et des co­pains de Bayonne et Mont­pel­lier. C’est le rug­by. »

Et en­suite, la trêve se­ra la bien­ve­nue. « De­puis deux mois, on est en dé­pla­ce­ment tous les week­ends. Il est temps que ça s’ar­rête pour le coeur de mon ban­quier. »

PHO­TO : FRAN­CIS CAMPAGNONI

STADE DE FRANCE. Les der­niers Au­ver­gnats de Pa­ris, ce sont eux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.