« Je pen­sais qu’ils al­laient m’égor­ger »

La Montagne (Vichy) - - Région Actualité -

Une nou­velle agres­sion à l’en­contre d’une oc­to­gé­naire a eu lieu à Aul­nat dans la nuit du 31 mai au 1er juin. Elle in­ter­vient après une sé­rie d’at­taques sur le bas­sin cler­mon­tois. Avec tou­jours pour cible des per­sonnes âgées vi­vant seules.

Sur son avant­bras gauche, de nom­breux bleus très mar­qués, si gros qu’ils se re­joignent. Sur sa main gauche, les doigts sont rouge vif et peinent à dé­gon­fler. Ces traces sur sa peau, ce sont les stig­mates de la vio­lente agres­sion dont Loui­sette (*) a été vic­time, chez elle, dans sa mai­son d’Aul­nat, dans la nuit du 31 mai au 1er juin.

As­sise sur le fau­teuil de son sa­lon, sous le re­gard de sa belle­fille, cette dame de 85 ans ra­conte : « Il de­vait être deux heures du ma­tin. J’ai en­ten­du du bruit, sur une porte ou une fe­nêtre. J’ai es­sayé de mettre un pied par terre pour me le­ver. Mais aus­si­tôt, quel­qu’un s’est rué sur moi. Il était ca­gou­lé et ha­billé en noir. Il a mis sa main sur ma tête. Il avait des gants. Il m’a re­pous­sée sur le lit. Il m’a mis sa lampe torche dans le vi­sage, puis il m’a main­te­nu par les poi­gnets. » À ce mo­ment­là, l’oc­to­gé­naire ne voit pas ce que fait le deuxième homme dans les autres pièces de la mai­son. Le com­plice ra­tisse la mai­son, fouille dans tous les meubles, exa­mine les ti­roirs et met la main sur toutes les va­leurs qu’il trouve. Ce­lui qui est res­té avec Loui­sette va se mon­trer très bru­tal avec l’oc­to­gé­naire. De sa main libre, il ar­rache les bagues que la vic­time porte aux doigts.

Il tente de faire de même avec la montre, sans au­cun mé­na­ge­ment pour le poi­gnet. Pour éviter plus de vio­lence en­core, l’oc­to­gé­naire s’en dé­fait elle­même. « Je me de­man­dais ce qui al­lait m’ar­ri­ver. Je pen­sais qu’ils al­laient m’as­som­mer ou m’égor­ger. J’ai eu très peur. Il m’a sem­blé que ça du­rait une heure », conti­nue la vieille dame.

En­fin, les deux agres­seurs re­partent. Loui­sette se re­trouve seule, dans sa chambre. Pru­dem­ment, elle se lève et marche à tâ­tons dans sa mai­son obs­cure. Les té­lé­phones ont dis­pa­ru, de même que son ap­pa­reil de té­lé as­sis­tance.

Loui­sette n’a d’autre choix que de sor­tir, en che­mise de nuit, pour cher­cher de l’aide au­près de ses voi­sins.

« J’ai eu très peur. Il m’a sem­blé que ça du­rait une heure »

Les mains et les poi­gnets de Loui­sette portent en­core les stig­mates de l’agres­sion dont elle a été vic­time dans la nuit du 31 mai au 1er juin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.