LIBRES PROPOS

La Montagne (Vichy) - - Tendances Bourse -

Au gré des hu­meurs des au­teurs de dic­tion­naires Ro­bert ou La­rousse, à in­ter­valles ré­gu­liers, on nous dé­livre des mots dits nou­veaux mais en fait ra­mas­sés à la pelle dans les conver­sa­tions ou les ouï-dire.

Ain­si, cette se­maine, entre deux ou trois tranches élec­to­rales, il fut an­non­cé qu’eu­ro­péiste et eu­ro­phobe se­raient de la re­vue, que hips­ters et flexi­ta­rien (ceux qui li­mitent leur consom­ma­tion de viande sans né­ces­sai­re­ment être vé­gé­ta­riens) éga­le­ment, tout comme les gou­jonnes (tongs ou cla­quettes ver­sion Qué­bec) ou le spritz, cette bois­son pé­tillante dont le lan­ce­ment com­mer­cial réus­si trouve ici son au­réole. Il y a de tout dans un lan­gage et, par crainte sans doute d’être dé­pas­sés ou ju­gés conser­va­teurs, les sé­lec­tion­neurs y mettent de quoi se ga­ver de mo­der­ni­té, c’est de l’à boire et à man­ger où le client a du mal à s’y re­trou­ver.

Que le « bur­ki­ni » entre dans la liste est conforme à l’ac­tua­li­té, que le pes­ti­cide gly­pho­sate soit ci­té, c’est bien nor­mal, mais est­il vrai­ment né­ces­saire d’y mettre li­ker, ret­wee­ter ou sel­fie ? Sans comp­ter cet ajout de goo­gler qui vient comme un che­veu sale dans la soupe lin­guis­tique. Ima­gine­ton pla­cer « car­re­four­ter » pour al­ler au su­per­mar­ché ? Quant aux mul­tiples noms de plats cui­si­nés de la res­tau­ra­tion ra­pide, ils pren­ nent place aux cô­tés de la po­tée et du chou far­ci comme des lè­se­ma­jes­té in­dé­centes.

L’in­ven­tion des mots est tou­jours mi­ra­cu­leuse et, quel­que­fois, pour se faire com­prendre ou en remettre une couche dans son dis­cours, des pré­si­dents, tels Trump ou Pou­tine, n’hé­sitent pas à créer de toutes pièces des ex­pres­sions suf­fi­sam­ment étranges pour re­te­nir l’at­ten­tion. Au risque d’être in­com­pré­hen­sibles.

Et puis, il y a dans cette four­née de mai de noms com­muns et noms propres, des en­trées d’ar­tistes tel Omar Sy. Il se marre, l’ac­teur ! Il n’en re­vient pas et s’in­ter­roge sur la ré­ac­tion de ses pa­rents. « Si on m’avait dit un jour ! » Entre la pou­pée Bar­bie et Yo­ko Ono, l’In­tou­chable Omar Sy est bien le seul à prendre tout ce­la avec un grand éclat de rire. Précision : in ex­tre­mis, on a ajou­té Ma­cron dans la liste. C’était pas pré­vu.

« On ne va pas cher­cher les mots, c’est eux qui viennent à nous », af­firment les au­teurs. Tu parles, Charles ! Dans ce ga­li­ma­tias, tout est à vendre et beau­coup à ou­blier. Quelques mots simples suf­fisent na­tu­rel­le­ment. Les te­nants de ces mots nou­veaux, au nombre de 150, pré­fèrent fa­ro­ter à fri­mer et ba­bache à im­bé­cile. Mouais, dis­je ! Cha­cun fe­ra comme bon mot lui semble. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.