Vendat, son pas­sé joue les en­quê­teurs

La Montagne (Vichy) - - Agglomération Vivre Son Pays - ➔ In­fos. http://vendat.net

S’in­té­res­ser à l’his­toire, la grande comme la pe­tite, c’est sou­vent jouer les en­quê­teurs. L’as­so­cia­tion Vendat, son pas­sé n’y échappe pas. Au gré de ses re­cherches, dé­cou­vertes, le cas se pré­sente ré­gu­liè­re­ment. Ain­si en est­il d’une carte pos­tale, où fi­gu­rait un per­son­nage, re­latent les membres de l’as­so­cia­tion dans leur Lettre d’in­fo n° 14.

L’as­so­cia­tion pos­sé­dait une carte pos­tale de l’école de fille de Vendat da­tée du 24 mars 1918. Sur cette carte pos­tale fi­gu­rait une jeune fille (âge pré­su­mé de 16 à 18 ans) sur le seuil de la porte d’ac­cès. Après en­quête, lar­ge­ment évo­quée, son pré­nom et son nom ont été re­trou­vés. Il s’agit d’Yvonne Fa­vier.

Digne de Don Ca­mil­lo

Cette même lettre d’in­fo évoque la pré­sence d’une école pri­vée à Vendat. Nous sa­vons que la pre­mière école pu­blique s’est ou­verte à Vendat en 1866 dans le bâ­ti­ment de La Poste ac­tuelle. Mais il a exis­té éga­le­ment à Vendat une école pri­vée sise 18, rue de Bel­le­vue. Ecole qui a sub­sis­té jus­qu’à la veille de la Se­conde Guerre mon­diale, mais dont les pre­mières an­nées ont été pol­luées par les re­la­tions qu’en­tre­te­nait le prêtre des­ser­vant avec la po­pu­la­tion et plus en­core avec la mai­rie. Mieux presque que la sé­rie Don Ca­mil­lo et

Pep­pone !

L’an­ni­ver­saire du cen­te­naire de la Grande Guerre est l’oc­ca­sion, à nou­veau, d’évo­quer le sou­ve­nir de ces poi­lus. L’as­so­cia­tion s’est in­té­res­sée à l’un d’eux : Jo­seph Oli­vier Vi­gier dit « Oli­vier ». Une par­tie de sa cor­res­pon­dance, en tant que sol­dat, lui a été confiée par sa fa­mille. Sa bio­gra­phie a été ré­di­gée, de même que son par­cours mi­li­taire. Viennent en­suite ses cor­res­pon­dances avec sa fian­cée, Alice Bus­son­net, re­pas­seuse, et do­mi­ci­liée à Vendat. Ses der­niers cour­riers sont re­trans­crits tout en sa­chant que ce jeune sol­dat dé­cède le 22 août 1914, à Ros­si­gnol (Bel­gique). Ses lettres da­tées du 13 et 19 août 1914 ne se­ront re­mises à sa des­ti­na­taire Alice Bus­son­net que les 24 et 26 août 1914.

Un der­nier article est consa­cré au sou­ve­nir des poi­lus ven­da­tois morts pour la France. Ce mois­ci, il s’agit de Claude Ma­rie Des­ma­ret dé­cé­dé le 4 sep­tembre 1916, à Chaulmes (Somme), à 27 ans ; An­toine La­cogne dé­cé­dé le 15 dé­cembre 1916, à Douau­mot (Meuse), à 21 ans ; An­toine Lau­ren­çon dé­cé­dé le 1er fé­vrier 1917, à Du­gny (Meuse), à 39 ans ; Louis James dé­cé­dé le 5 mai 1917, à Beaulne­et­Chi­vy (Aisne), à 34 ans. ■

INS­TI­TU­TION. Cette de­meure abri­tait l’école libre de Vendat. Col­lec­tion pri­vée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.