Une mo­lé­cule qui ré­duit la mor­ta­li­té

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

Ajou­ter un nou­veau an­ti-hor­mo­nal au trai­te­ment stan­dard contre le can­cer agres­sif de la pros­tate a ré­duit jus­qu’à 38 % le risque de mor­ta­li­té plus pré­coce des pa­tients, se­lon deux es­sais cli­niques pu­bliés hier.

Cette nou­velle mo­lé­cule, l’abi­ra­té­rone (Zy­ti­ga), com­bi­née au préd­ni­sone, la thé­ra­pie an­ti­hor­mo­nale de ré­fé­rence pour les hommes ve­nant d’être diag­nos­ti­qués d’une tu­meur can­cé­reuse de la pros­tate ayant fait des mé­ta­stases, per­met aus­si de re­tar­der de 18 mois – de 14,8 à 33 mois – la pro­gres­sion de ce can­cer agres­sif, in­dique l’une des études cli­ni­ ques de phase 3 dite LATITUDE. L’es­sai a été me­né avec 1.200 pa­tients dans 34 pays de fé­vrier 2013 à dé­cembre 2014. Le se­cond es­sai cli­nique (STAMPEDE) a por­té sur 2.000 hommes au Royaume­Uni et en Suisse.

Un sui­vi in­dique après 40 mois une ré­duc­tion du risque de mor­ta­li­té de 37 %. L’étude LATITUDE par­vient à une baisse du risque de dé­cé­der de 38 % après une pé­riode de sui­vi de 30,4 mois, ce qui fait que le gain de sur­vie pour­rait être en­core plus grand sur une pé­riode plus longue.

« Le Zy­ti­ga non seule­ment pro­lon­ ge la vie, mais ré­duit aus­si le risque de re­chute de 70 % et ce­lui de com­pli­ca­tions os­seuses de 50 % », sou­ligne le Dr Ni­cho­las James, de l’hô­pi­tal Queen Eli­sa­beth à Bir­min­gham, qui a me­né le se­cond es­sai cli­nique. « Vu l’im­por­tance de ces bien­faits cli­niques, nous pen­sons que le trai­te­ment stan­dard des pa­tients ve­nant d’être diag­nos­ti­qué d’un can­cer agres­sif de la pros­tate de­vrait chan­ger », es­time­t­il. Le can­cer de la pros­tate est le plus fré­quent chez les hommes en France avec plus de 55.000 nou­veaux cas par an et de 8.000 à 9.000 dé­cès. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.