Azé­ma : « Gui­dés par nos sen­sa­tions »

La Montagne (Vichy) - - Top 14 Finale - À Saint-De­nis, Ch­ris­tophe Bu­ron

À la veille de sa fi­nale face à Tou­lon, la dé­lé­ga­tion cler­mon­toise a pris pos­ses­sion du Stade de France, hier, l’es­pace d’une heure. En dé­ga­geant sé­ré­ni­té et lu­ci­di­té.

Pas de vi­sages fer­més ni de mines ren­fro­gnées. De la « dé­cou­verte » de la pe­louse du Stade de France au der­nier ren­dez­vous mé­dia­tique, hier en fin de ma­ti­née, les Cler­mon­tois, joueurs et staff, ont dé­ga­gé une im­pres­sion, loin de la pres­sion que gé­nère l’évé­ne­ment d’une fi­nale de Top 14.

Bar­be­cue en fa­milles mer­cre­di der­nier

Franck Azé­ma, qui condui­ra Cler­mont pour sa qua­trième fi­nale en deux ans, au­rait­il mo­di­fié l’ap­proche de ce ren­dez­vous ? « Je n’ai pas cher­ché de re­cette mi­racle. On se laisse por­ter par rap­port à ce que l’on fait, sur le rythme de nos se­maines de­puis le quart de fi­nale eu­ro­péen (2 avril contre Tou­lon) jus­qu’à au­jourd’hui. On se laisse gui­der par nos sen­sa­tions et l’at­

mo­sphère que l’on res­sent de­puis plus d’un mois. Chan­ger ? C’est se mettre du stress ».

La se­maine s’est donc dé­rou­lée cal­me­ment, sans heurts ni coups de chaud, avec au mi­lieu, le mer­cre­di soir, un bar­be­cue au stade, joueurs et fa­milles réunis. His­toire de conso­li­der en­core plus la co­hé­sion. Se dé­ga­ger aus­si de la ten­sion sou­vent pal­pable de l’ap­proche d’une fi­nale.

« Je sens des gars concen­trés, pour­suit Azé­ma. Qui ont en­vie sur ce match d’en­tre­prendre, de por­ter le bal­lon, de prendre du plai­sir. J’ai des gar­çons se­reins par rap­port à cette équipe de Tou­lon contre la­quelle il n’y au­ra pas for­cé­ment une op­po­si­tion de styles. Il fau­dra avant tout com­battre nous aus­si et je ne suis pas sûr qu’il y ait un grand rythme et des grandes en­vo­lées. Et puis les Tou­lon­nais savent se faire des passes aus­si ».

S’il as­sume sans sou­ci l’éti­quette de fa­vo­ri sur cette fi­nale, le coach n’en de­meure pas moins lu­cide. « En phases fi­nales, on dit que l’ex­pé­rience compte. J’ai cru voir que Tou­lon avait le double de sé­lec­tions que nous. Alors… Le plus im­por­tant est d’avoir la com­pé­tence ».

Et de la com­pé­tence, Cler­mont prouve main­te­nant de­puis quelque temps qu’elle n’en manque pas. ■

RE­CON­NAIS­SANCE. Plus qu’une vé­ri­table mise en place, hier mi­di, les Cler­mon­tois ont sur­tout cher­ché à avoir les bonnes sen­sa­tions au Stade de France.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.