Mor­gan Par­ra au plus-que-par­fait

La Montagne (Vichy) - - Top 14 Finale - A Saint-De­nis, Di­dier Cros

Im­pec­cable dans ses ten­ta­tives au pied, Mor­gan Par­ra a été aus­si le hé­ros de la fi­nale en al­lant vo­ler ce der­nier bal­lon sur cette ul­time ac­tion. Le de­mi de mê­lée cler­mon­tois a sur­vo­lé la fi­nale, hier soir.

Comme un sym­bole. En al­lant cha­par­der cet ul­time bal­lon dans ce ruck in­can­des­cent alors que la si­rène avait re­ten­ti et que Tou­lon je­tait ses der­nières forces pour in­ver­ser le cours de cette fi­nale de­ve­nue ir­res­pi­rable, Mor­gan Par­ra a li­bé­ré ses co­équi­piers, son équipe mais aus­si tout une ville qui étaient à ce mo­ment en apnée.

Cette ac­tion tout en sa­cri­fice pour la col­lec­ti­vi­té est fi­na­le­ment bien à l’image de la pres­ta­tion du de­mi de mê­lée cler­mon­ AU SOM­MET. Mor­gan Par­ra a été ex­cep­tion­nel tout le long de la par­tie. Bu­teur par­fait, il a réa­li­sé des ac­tions dé­ter­mi­nantes pour le gain du match.

tois exem­plaire de cou­rage et de don de soi dans les phases dé­fen­sives mais aus­si d’une pré­ci­sion chi­rur­gi­cale tout au long de la ren­contre.

Car dans cette soi­rée conclue de ma­nière ma­gni­fique, Par­ra a d’abord pen­sé à re­mer­cier ses sup­por­ters juste après avoir ap­pris qu’il avait été élu

l’homme du match. Ce n’est que jus­tice car il au­ra fi­na­le­ment tout réus­si. Au pied, dans la ges­tion et la dis­tri­bu­tion du jeu mais aus­si dans les mo­ments chauds : Mor­gan Par­ra a conju­gué sa fi­nale au plus­que­par­fait. C’est dans ses mo­ments que l’on re­con­naît les grands joueurs : lors­qu’ils sont dé­ci­sifs dans les grands matchs.

Le de­mi de mê­lée cler­mon­tois a d’abord été d’une pré­ci­sion dia­bo­lique dans ses ten­ta­tives. Une trans­for­ma­tion et cinq pé­na­li­tés soit dix­sept points sur les vingt­deux de l’ASM, Par­ra a pris une part consi­dé­rable dans la vic­toire de son équipe. Sur­tout, il n’a pas ja­mais trem­blé en réa­li­sant un 100 % dans ses ten­ta­tives. Au bon mo­ment.

Dans une fi­nale comme dans les tous matchs im­por­tants, la réus­site et la pré­ci­sion du bu­teur sont des pa­ra­mètres cru­ciaux. Tou­lon et plus par­ti­cu­liè­re­ment le jeune Bel­leau l’a ap­pris à ses dé­pens, hier soir, à Saint­De­nis en ex­pé­diant deux pé­na­li­tés sur les mon­tants du Stade de France. Six points qui pèsent très lourd au fi­nal et qui fe­ront re­gret­ter amè­re­ment au RCT l’ab­sence de Half­pen­ny.

Par­ra lui n’a ja­mais trem­blé. Mais il a été dé­ci­sif dans des mo­ments brû­lants. Sur ce der­nier maul à la si­rène, bien sûr mais une pe­tite di­zaine de mi­nutes au­pa­ra­vant dé­jà en al­lant vo­ler dé­jà un bal­lon dans la four­naise d’un ruck où le ta­lon­neur va­rois Etrillard avait eu le tort d’al­ler s’iso­ler. Cin­quième et der­nière pé­na­li­té trans­for­mée par le n° 9 cler­mon­tois qui per­met­tait à l’ASM de re­prendre six points d’avance (22­16, 72e). Une ac­tion presque aus­si dé­ter­mi­nante que sa toute der­nière car Tou­lon était de nou­veau dans l’obli­ga­tion, de mar­quer un es­sai trans­for­mé pour pas­ser de­vant ou deux pé­na­li­tés pour re­ve­nir à éga­li­té.

Mais dans la vi­sion et l’or­ga­ni­sa­tion, Mor­gan Par­ra a été aus­si d’une for­mi­dable lu­ci­di­té. Il a tou­jours fait les bons choix à l’image de ce pe­tit par­des­sus en fin de match qui a mis le feu dans la dé­fense tou­lon­naise (75e). Jus­qu’au bout, le de­mi de mê­lée a su faire le bon geste. Avec en apo­théose le geste qui sauve. ■

Un six sur six réus­si dans ses ten­ta­tives au pied

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.