Cler­mont, un es­sai à la… Tou­lon­naise

La Montagne (Vichy) - - Top 14 Finale - A Saint-De­nis, Jean-Fran­çois Nu­nez

Cler­mont n’a ja­mais réus­si à mettre en place son jeu of­fen­sif face à une fé­roce dé­fense de Tou­lon. Il a tou­te­fois trou­vé la clé grâce à sa dé­fense et en ins­cri­vant un es­sai à la Tou­lon­naise, sur un contre idéa­le­ment joué.

On at­ten­dait Cler­mont et son jeu bien hui­lé, jo­li­ment ré­ci­té, par­fai­te­ment or­ches­tré. Le poids d’une fi­nale n’y est pas étran­ger, mais le charme n’a pas fonc­tion­né, hier soir, au Stade de France. On at­ten­dait Tou­lon dans un style fron­tal, bru­tal, on ne peut plus di­rect et les ama­teurs du genre n’ont pas été dé­çus.

Le scé­na­rio de ce re­make de « La Belle et la bête » était connu, at­ten­du même et il ne s’est scru­pu­leu­se­ment dé­rou­lé comme dans un film. Cler­mont a en ef­fet su s’adap­ter, sor­tir des sché­mas écrits et pré­vus, se faire ca­mé­léon pour pro­po­ser du jeu en lec­ture et sur­prendre Tou­lon.

Les Au­ver­gnats ont ain­si idéa­le­ment lan­cé leur fi­nale dans une longue sé­quence dé­fen­sive bien di­ DÉ­CI­SIF. Sur l’es­sai cler­mon­tois, la vi­tesse de Ra­ka a fait la dif­fé­rence face à la puis­sance de Tui­so­va.

gé­rée et ter­mi­née cent mètres plus loin par l’es­sai de Ra­ka (18e). Une ac­tion à sept points qui n’a pas as­som­mé des Va­rois im­pec­cables dans le rôle d’out­si­der, mais qui a tou­te­fois per­mis aux Au­ver­gnats d’en­voyer un mes­sage et de prendre le score.

Un temps fort éclair, un contre que Tou­lon, spé­cia­liste du genre, n’au­rait pas re­nié. Un es­sai à la Tou­lon­naise et qui doit beau­coup… à la dé­fense. La ligne « jaune et bleu » a en ef­fet su­bi les dé­fer­lantes « rouge et noire » pen­dant trois mi­nutes sans cé­der.

Bien sûr, la digue a bien été ébré­chée par les charges de No­nu ou Kru­ger, mais elle a ré­sis­té, sou­te­nu la com­pa­rai­son dans ces duels en homme à homme où la moindre fai­blesse se paye en points.

Trois mi­nutes pas­sées dans les 22 m sans fai­blir, sans se mettre à la faute aus­si, en se consom­mant juste ce qu’il faut dans les rucks pour ra­len­tir les sor­ties et ain­si se ré­or­ga­ni­ser avant de su­bir la pro­chaine vague. Une po­si­tion d’at­tente, avant de réus­sir le plus jo­li coup de cette pre­mière pé­riode, ce­lui d’un break que Tou­lon n’a fi­na­le­ment ja­mais com­blé.

En ar­ra­chant le bal­lon dans les bras du sur­puis­sant Tao­fi­fe­nua, Aben­da­non a stop­pé un temps fort tou­lon­nais, mais il a sur­tout of­fert un ex­cellent bal­lon de contre. Le genre d’oc­ca­sion qui ne passe pas deux fois. Si les Cler­mon­tois ont par­fois af­fi­ché de la fé­bri­li­té of­fen­sive dans les zones de vé­ri­té, ils ont re­mar­qua­ble­ment joué le coup cette fois­là.

Pe­naud dé­borde et fixe trois dé­fen­seurs

Après deux passes, il ne reste en ef­fet plus que ce pauvre Tui­so­va pour es­sayer d’ar­rê­ter l’ac­tion. Pe­naud a en ef­fet dé­bor­dé et sur­tout fixé trois dé­fen­seurs va­rois pour ser­vir Ra­ka qui se pré­pare alors à un duel entre Fid­jiens. Un face­à­face qu’il rem­porte en fein­tant l’ex­té­rieur pour mieux re­ve­nir à l’in­té­rieur et fi­ler sous les po­teaux. Le seul es­sai de Cler­mont, mais un es­sai qui vaut un Bren­nus. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.