Les sup­por­ters ont cé­lé­bré leurs idoles

La Montagne (Vichy) - - Le Bouclier De Retour En Auvergne - Ju­lien Moreau ju­lien.moreau@cen­tre­france.com

Les sup­por­ters sont ve­nus fé­li­ci­ter les joueurs et ad­mi­rer le bou­clier de Bren­nus de re­tour place de Jaude, sept ans après le pre­mier sacre. Am­biance.

Un tram bon­dé de monde. Di­rec­tion place Gaillard, ter­mi­nus avant d’ar­ri­ver en terre pro­mise. À Jaude. Éden des sup­por­ters mont­fer­ran­dais ve­nus cé­lé­brer leurs dieux.

Plu­sieurs heures avant l’ar­ri­vée tant at­ten­due du bou­clier de Bren­nus, l’am­biance semble n’être ja­mais re­tom­bée de­puis di­manche soir. Clap­ping, chants et ap­plau­dis­se­ments de­vant la re­dif­fu­sion sur écran géant du sacre de la veille.

« On a beau­coup plus ap­pré­cié qu’en 2010 »

Lu­do­vic re­vit ses longues mi­nutes du match, lui qui a fait le dé­pla­ce­ment en bus de sup­por­ters jus­qu’au Stade de France, pour re­ve­nir à Cler­mont à 6 heures, hier ma­tin.

« On était confiant avant le match mais pen­dant, ça a été beau­coup plus dur, sur­tout à la 79e mi­nute ! C’était gé­nial. On a beau­coup plus ap­pré­cié qu’en 2010. Une pre­mière fois, c’est tou­jours par­ti­cu­lier… »

Lu­do­vic et ses co­pains n’ont pas dor­mi. Les traits sont ti­rés mais les yeux s’écar­quillent de plai­sir LIESSE. Le peuple « jaune et bleu » a ré­pon­du pré­sent, hier après-mi­di, pour le re­tour de ses hé­ros en terre au­ver­gnate.

dès que le sa­cro­saint mot ré­ap­pa­raît dans les têtes : vic­toire.

« Be­lou » était du cô­té de Bor­deaux, en va­cances. Il est re­ve­nu ex­pres­sé­ment à Cler­mont, hier, pour as­sis­

ter à la « grand­messe » avec les joueurs. « C’était dur mais on a te­nu. On ne peut qu’être ra­vi. C’est bien, c’est su­per­gé­nial ! »

« Les joueurs ar­rivent bien­tôt ! », an­nonce le HEU­REUX. La com­mu­nion était to­tale entre le pu­blic, Thier­ry Fraisse, pré­sident de l’In­ter­clubs des sup­por­ters, Eric De Cromières, pré­sident de l’ASM, et Oli­vier Bian­chi, maire de Cler­mont.

spea­ker au mi­cro. De quoi faire mon­ter l’am­biance en­core d’un cran. La so­no crache quelques riffs d’AC/DC. La Yel­low Ar­my chan­tonne « High­way to hell » mais c’est bien au

pa­ra­dis des sup­por­ters qu’elle a ren­dez­vous.

« Del­ta » ne s’en re­met tou­jours pas. Comme les autres, il n’at­tend qu’une chose. Voir « le bout de bois » et cé­lé­brer ses ido­ les. « On at­tend d’ac­cla­mer nos joueurs, ce sont eux qui ont fait le bou­lot. Ils vont avoir droit à l’hon­neur qu’ils mé­ritent. »

Del­ta a re­gar­dé le match à Jaude, « au deuxième pla­tane, après le deuxième po­teau, pas très loin de la bu­vette. C’était ter­rible, quelle am­biance de ouf ! C’était chaud mais on a eu ce qu’on mé­ri­tait. Et main­te­nant, on veut que ça conti­nue. C’était pré­vu qu’on gagne, on était obli­gé de ga­gner. »

17 h 15. Les joueurs et le staff ar­rivent en­fin. Chose pro­mise, chose due, le bou­clier de Bren­nus est bran­di de­vant une foule en liesse. Sur une place rem­plie d’amour, de joie, com­plè­te­ment ac­quise à la cause « jaune et bleu ». La com­mu­nion est to­tale. La fête peut se pour­suivre.

En­core et en­core. Et tant pis si, pour ren­trer à la mai­son, le tram se­ra noir de monde. La vic­toire n’a pas de prix. Elle se sa­voure et se mé­rite, en­semble. Et peut­être en­core plus à Cler­mont­Fer­rand qu’ailleurs. ■

WEB FIERS. Les sup­por­ters ont fê­té le titre de cham­pion du Top 14 avec les joueurs, hier après-mi­di, avec, ici, un Tho­mas Do­min­go très ému.

« C’était ter­rible, quelle am­biance deouf!»

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.